COACH PHILIPPE PROPAGE

philippe propage

PHILIPPE PROPAGE, LE COACH RUNNING/TRAIL

La caution “Moustache” de DECATHLON COACH

1. “L’EXIGENCE DU HAUT NIVEAU POUR LA PROGRESSION DE TOUS : C’EST CELA DECATHLON !”

Philippe Propage, surnommé "Papa Trail", entraîne depuis 2009 les équipes de France de trail et s’appuie largement sur son expérience personnelle : il pratique assidûment le trail depuis 1999 après avoir pratiqué sur route, il puise essentiellement ses méthodes de travail sur le terrain.

Un spectre large pour ce passionné absolu “Plus la distance est longue, plus l’aspect psychologique est important. Ce qui fait parfois la différence, c’est la phrase, le mot lancé au coureur qui vous fait appuyer exactement là où il le faut pour qu’il aille chercher la victoire”.

Cette exigence du haut niveau va de paire avec une volonté d’aider le plus grand nombre à progresser. “C’est pour cela que j’ai accepté d’écrire les plans d’entraînement, pour tous les niveaux pour DECATHLON COACH ... parce que les grands trailers d’aujourd’hui ont tous commencé à courir quelques minutes …”, résume-t-il.

Et la victoire n’est pas forcément une médaille (bien sûr qu’elle fait plaisir !), mais c’est aussi avoir réussi à se dépasser, à dépasser ses craintes de ne pas y arriver, et croire aux capacités que l’on ne pense pas avoir. Pour certains, courir 20 minutes est une aussi grande victoire que d’être capable de faire des courses de plusieurs heures.

 

2. POURQUOI AVOIR ACCEPTÉ DE FAIRE DES PLANS POUR DECATHLON COACH ?

Pour moi, un partenariat, ce sont des droits et mais aussi des devoirs. On me donne des choses et moi en contrepartie j’apporte mon expérience de la discipline.

Chez Kalenji, c’est gagnant-gagnant, car c’est très motivant de travailler pour améliorer les produits, d’apporter sa pierre à l’édifice.

Et quand on m’a proposé aussi d’écrire des plans d’entraînement, quel bonheur de pouvoir faire progresser les gens ! Pour le passionné que je suis, que demander d’autre ?!

 

3. COMMENT PEUT-ON ENTRAÎNER À LA FOIS DES ATHLÈTES DE HAUT NIVEAU ET DES DÉBUTANTS ?

Ce que j’apprécie dans le monde de la course à pied, c’est que tout le monde respecte tout le monde, encore plus que dans d’autres sports. Lors des courses, on voit des coureurs qui ont fini, revenir pour aider d’autres coureurs à atteindre la ligne d’arrivée. On a tous un short et des baskets et on est tous sur la même ligne de départ.

Alors certes, j’entraîne l’équipe de France de Trail, ainsi que des athlètes de haut niveau, mais j’entraîne aussi monsieur et madame tout le monde. Et au contraire, je me fais une obligation d’entraîner des débutants pour ne pas me couper de la vraie vie, de ceux qui font le coeur du peloton. Les vrais coureurs sont ceux qui ont une vie en dehors !

Avec des athlètes de haut niveau, je n’ai pas le droit à l’erreur, chaque seconde compte, mais avec des débutants, on n’est pas à la seconde près.

Le travail de coach c’est faire progresser les gens, et la progression ne sera jamais aussi grande que lorsqu’on débute,  pour passer de quelques minutes de courses à 20’-30’-40’ et plus, alors que pour un champion il faut parfois des années pour ne gagner que quelques secondes.

Je veux garder un lien avec la base, pour ne pas oublier les fondements de mon sport passion. Quand on entraîne le haut niveau, on oublie trop rapidement les fondements, les bases. Le travail avec le haut niveau me donne les outils d’entraînement pour les débutants et vice-versa.

C’est comme avec les formules 1 : on met des choses en place avec les voitures de course pour ensuite les mettre à disposition du grand public sur des voitures de séries . D’où les avancées techniques, sécuritaires, etc ... Je n'ai donc aucun souci à faire des plans à 2 séances par semaine, comme à 10 !

 

4. ON PARLE DE PLUS EN PLUS DE SPORT CONNECTÉ, QU'EN PENSEZ VOUS ?

Parfois on cherche des choses compliquées, alors qu’avec la course à pied c’est le plus simple des sports.
Dans la cour de récréation d’une école primaire, les enfants courent en permanence et lorsqu’ils sont essoufflés, ils s’arrêtent d’eux même, et pourtant ils n’ont aucun outil de mesure ! Il faut savoir s’écouter.

Aujourd’hui, on est complètement connecté :  On ne court plus qu’au cardio, mais en fait, tu cours avec tes jambes, ton coeur et ta tronche. Il faut bien comprendre que ce ne sont que des outils qui ont pour mission de t’aider, mais pas plus. De ce fait, on se retrouve un peu déconnecté de la réalité. Ce n’est plus une aide mais une dépendance. On oublie ses sensations, son ressenti ...
Avoir un repère et vouloir s’appuyer sur la technologie pour progresser, OUI ! Mais il ne faut pas oublier que courir reste un plaisir, que c’est le corps qui nous dicte sa loi et si l’on oublie cela, la réalité a tôt fait de nous rappeler à l’ordre !

Alors courez, marchez, dansez, roulez … mais surtout faites vous plaisir et écoutez vous !
Profitez et DECATHLON COACH s’occupe du reste !

 

DÉCOUVREZ NOS CONSEILS POUR LA COURSE À PIED
HAUT DE PAGE