supertraileurs

SUPER-TRAILEURS : LES FABULEUSES ÉPOPÉES DES TRAILEURS À QUI L'ON AVAIT VOLÉ LA SAISON

Les propos exprimés dans cet article sont à mettre en application dans le respect des consignes délivrées par le gouvernement.

Privé·es de nature, privé·es de dossards (ou de dessert, c’est du pareil au même), privé·es de saison tout court : le pire cauchemar des super-traileur·euses est devenu réalité. NOTRE pire cauchemar est devenu réalité, si bien que notre identité même s’en trouve ébranlée. Sans saison ni courses : qui sommes-nous ?

Le tragique est à son comble. Les temps futurs sont incertains. Les drama queens, elles, s’en donnent à cœur joie. Qu’allons-nous devenir ? Nous sortons à peine de la trêve hivernale (à laquelle nous avons survécu avec brio), et voilà qu’on nous vole notre cape à peine enfilée, notre emblème, l’unique chose nous permettant de nous illustrer en tant que super-traileur·euses : notre saison chérie. Assez d’apitoiement ! Il est bien connu que c’est de l’ombre que jaillit la lumière. 

Aussi, notre mission (si nous l’acceptons) est simple : étant privé·e de saison, chaque super-traileur·euse subit une profonde crise identitaire (être ou ne pas être traileur·euse, la question ne se posait pas jusqu’à présent), et voit par conséquent son talon d’Achille mis à nu. Ses vices les plus inavouables (mais dont tout le monde est au courant), ses vilains travers, ses doutes les plus enfouis, TOUT est révélé à son sujet. À nous de le·a convaincre qu’il·elle peut survivre à cette kryptonite. À nous de lui prouver combien cette saison n’est pas gâchée, juste différente. À nous de l’aider à traverser cette aventure de laquelle il·elle ressortira encore plus fort·e. Vers l’infini et au-delà (ahhh) !

ÉPINGLOMAN : CELUI QUI OUBLIAIT SES ÉPINGLES À NOURRICE (OU QUI N'EN AVAIT JAMAIS EU)

Le cri de super-héros d’Épingloman : Pique, pic !

Qui a dit que les super-héros n’avaient aucun défaut ? Épingloman, c’est ce traileur qui fait la quête d’épingles à nourrice dix minutes avant le départ. “Tu n’aurais pas une ou deux épingles en plus, par hasard ?”. Attention, loin de nous l’idée de le blâmer ! Ce sont en effet les prétendus oublis répétés d’Épingloman qui nous donnent l’occasion de sacrifier l’une des douze épingles avec lesquelles nous accrochons notre dossard (“juste au cas où, pour ne pas qu’il bouge”). Épingloman en appelle à notre bon cœur et notre bon cœur lui répond ! Aussi, en tant que révélateur (officiel) du meilleur en chacun de nous, la saison tronquée qui s’annonce n’est pas simple à accepter pour lui. Certes, on pourrait penser, “au moins, sans course, il ne risque pas d’oublier ses épingles !” *rires*. Oui, mais non. Il faut voir au-delà des épingles. Ces oublis, volontaires ou simples actes manqués, lui donnent l’occasion de nous adresser la parole, un sourire, un “merci”. Pour nous, il est le-gars-à-qui-on-a-prêté-une-épingle. Pour lui, nous sommes des messies, des sauveurs, de généreux donateurs. Ça en jette à notre ego, pas vrai ? Alors, Épingloman, si tu nous lis, sache que si ta fâcheuse manie à quémander le Saint Graal nous donne matière à te taquiner, c’est parce que : qui aime bien, châtie bien. Sache aussi que tu nous manques beaucoup, et que nous aurons toujours une ou deux épingles de côté pour toi. Enfin, il n’est pas utile que tu attendes le départ d’un trail pour t’adresser à nous, et tu n’as pas non plus besoin d’excuses. Car, après tout, c’est toujours drôle de se croiser en course, de t’entendre dire “on se retrouve à l’arrivée”, de se chercher à l’arrivée, sans jamais se retrouver. Et si on se retrouvait plutôt à l’entraînement ? Surtout, n’oublie pas nos épingles ;) !

CHRONOGIRL : CELLE QUI ÉTAIT FOLLE DU CHRONO

Le cri de super-héroïne de Chronogirl : Bip, bip !

Au cours d’une saison normale, Chronogirl inonde les réseaux sociaux de ses performances. Impossible d’en louper une. Et si nous voulons nous faire une idée de son historique d’entraînement, c’est pareil : tout y est. Lorsqu’elle court, Chronogirl a les yeux rivés sur son chronomètre, et il n’est pas question pour elle d’effectuer le kilomètre qui suit plus lentement que le précédent. La culture de la vitesse, de l’anti-relâchement, et du non-repos, guide sa vie et donne l’impulsion à sa foulée. On ne sait pas vous, mais nous, rien qu’à l’écrire et à le lire, nous sommes fatigué·es. 

Si Chronogirl agit ainsi, c’est parce qu’elle aime être la plus rapide : à l’entraînement comme en compétition. Mais s’il est plus simple de trouver les ressources pour s’entraîner de la sorte lorsqu’on sait que le travail accomplit va se concrétiser lors d’une prochaine course, quand il n’y a plus de courses, il y a un hic. Il y a un hic, car Chronogirl n’a jamais été privée de courses. Il y a un hic, car Chronogirl se demande si elle va réussir à maintenir ce rythme effréné à l’entraînement toute l’année, et sans courses. Mais ce à quoi Chronogirl n’a pas pensé, c’est qu’en tant que maîtresse du temps, elle a aussi le pouvoir de prendre le temps, de prendre SON temps. Ralentir sa course, porter son attention ailleurs que sur son chronomètre, découvrir un autre son que celui de son souffle saccadé, sentir autre chose que sa sueur qui l’aveugle. Rien de tout cela ne fait d’elle ce qu’elle est. Les autres super-traileur·euses n’attendent d’ailleurs rien de Chronogirl, sinon qu’elle soit au rendez-vous lorsque la saison débutera enfin. Alors, Chronogirl, que dirais-tu de ralentir le rythme pour pouvoir repartir de plus belle ?

CASANIERMAN : CELUI QUI COURAIT TOUJOURS AU MÊME ENDROIT

Le cri de super-héros de Casanierman : S.T. (super-traileur) retour maison !

8.562 kilomètres en coupant par le château d’eau, et 12.457 kilomètres en passant devant chez mémé Mireille. Casanierman connaît si bien ses deux circuits de trail qu’il pourrait les effectuer les yeux fermés. Ah, mais non, en fait il ne le pourrait pas, car Casanierman n’aime pas le changement. Mais ça, c’était avant. Et pour cause, avec le confinement, il a bien dû transiger sur ses très chères habitudes, et devinez quoi ? Ça s’est bien passé. Il ne s’y attendait vraiment pas, mais finalement, ce n’était pas si terrible. Car si courir à un kilomètre à la ronde autour de chez lui ne l’a pas vraiment enchanté (on parle quand même de Casanierman, c’est dire le changement !), il a en revanche beaucoup apprécié pouvoir découvrir et redécouvrir des routes et sentiers auxquels il ne prêtait plus attention (et qui étaient pourtant à sa porte). Il faut dire que lorsqu’on n’a plus le droit de sortir de chez soi, la moindre parcelle d’extérieure devient divinement exquise. Du coup, ça lui a donné envie de changer ses circuits habituels. Casanierman pense même troquer son nom actuel pour celui d’Exploraman ! À nous d’en prendre de la graine. Il est en effet regrettable d’en arriver à confondre trail mécanique (un non-sens, qu’on se le dise !) et trail passion. Le trail mécanique, et bien, c’est faire du trail de façon… Mécanique ! Autrement dit, sans être ouvert·e au moment qui s’offre à nous, et à la chance que nous avons de pratiquer ce merveilleux sport qui est le nôtre. Quant au trail passion, c’est tout le contraire, mais ça, vous pouvez certainement en témoigner mieux que quiconque. On vous laisse la parole ;) !

SOLOGIRL : CELLE QUI COURAIT TOUJOURS TOUTE SEULE (ET QUI N'AIMAIT FRANCHEMENT PAS ÇA)

Le cri de super-héroïne de Sologirl : Hannn solooo !

Lorsque les copain·es traileur·euses de Sologirl lui téléphonaient pour prendre de ses nouvelles pendant le confinement, celle-ci, croyant se montrer rassurante, leur répondait : “oh, vous savez, moi, j’ai l’habitude de courir toute seule, ça m’change pas trop !”. Autant dire qu’il est donc GRAND temps que cela change ! Surtout que Sologirl, tout en étant la première à vanter sa capacité de solitude, cache bien son jeu… Derrière ses sourires à pleines dents et ses “ça va toujours”, Sologirl aimerait quand même bien, au fond, elle aussi prendre part aux sorties du dimanche entre ami·es. Et si elle a déjà refusé quelques invitations, cela ne signifie pas qu’elle est de celles qui se font désirer, ça non ! Elle est plutôt de celles qui ne veulent pas déranger, et c’est déjà bien différent. Que voulez-vous ? Sologirl est ainsi faite : il lui en faut peu pour être heureuse, même toute seule. Alors imaginez ce que cela serait si elle s’autorisait à demander un peu plus, juste un peu plus. Genre, ne plus courir toute seule, du moins pas tout le temps. Parce que courir seul·e, c’est bien, mais une sortie groupée une fois de temps en temps fait aussi un bien fou ! Surtout lorsqu’il n’y a plus de courses pour nous donner une bonne raison de voir du monde. Il faut dire que le trail, comme toutes les bonnes choses, se partage, en course comme à l’entraînement ! Ainsi, quand ses copain·es traileur·euses l’ont conviée à leur prochain entraînement, Sologirl a pris son courage à deux mains, mis sa peau de vieille louve rabougrie et solitaire au placard, et leur a dit qu’elle serait là. Désormais, elle sait que la sortie du dimanche entre ami·es est une institution sur laquelle elle a trop fait l’impasse. Quelle ironie que celle de se voir coupé·e du monde, privé·e de gens, pour réaliser à quel point ces derniers nous manquent !

 

Bien entendu, Sologirl a beau souvent courir seule, elle n’en oublie pas moins les gestes barrières :

 

- Nous renseigner auprès de notre préfecture afin de savoir si la situation sanitaire de notre territoire autorise l’accès à notre terrain de jeu.

- Nous regrouper à dix maximum, et respecter dix mètres de distance de sécurité entre chaque super-traileur·euse (oui, il faudra parler fort).

- Limiter nos déplacements à 100 kilomètres à compter de notre domicile (ceux·celles qui planifiaient un aller-retour de plus de 200 kilomètres en trail en guise de festin post-confinement devront remettre leurs envies à plus tard !).

- Et bien sûr, nous laver les mains, ne pas nous embrasser (même si on est très câlin·es entre traileur·euses), ne pas boire dans la même flasque, etc. Enfin, rien que du bon sens, quoi !

COURSOMAN : CELUI QUI FAISAIT DES COURSES

Le cri de super-héros de Coursoman : Pan, pan !

Comment ? Le nom de Coursoman ne vous dit rien ? Mais si, vous savez, Coursoman, aussi dit le fou du départ, l’accro du dossard, celui-qui-avait-fait-toutes-les-courses-possibles-et-imaginables. Vous le connaissez forcément. Ça y est, ça vous revient ? 

Coursoman, c’est le mec qui part comme une flèche (avec sa copine super-traileuse Chronogirl), et dont le coup d’envoi du départ lui file une sacrée chair de poule, à chaque fois. Aussi étrange que cela puisse paraître, Coursoman ne s’est jamais posé la question de savoir s’il aimait ça, la course. En fait, ça lui a toujours semblé évident. Est-ce qu’il aurait un jour imaginé ne pas s’être aligné sur une seule course au mois de mai, et ce, pendant une durée indéterminée ? Sûrement pas ! 

Alors, qui est Coursoman sans courses ? Sans course, pourquoi courir ? Sa vie ne rime plus à rien. Enfin ça, c’est ce qu’il croit (pour le moment). 

La question de qui de l’œuf ou la poule est arrivé le premier ne vous est certainement pas inconnue. Un soir, alors que Coursoman se lamentait sur son sort et s'interrogeait sur le sens à donner à sa nouvelle vie sans courses, la question de l’œuf ou la poule le tarauda (soit dit en passant, on cherche encore le lien qu’il a bien pu établir entre les courses et la question de l’œuf ou la poule). Faute de trouver réponse à cette question existentielle, il fut malgré tout frappé par un éclair de génie : qui du trail ou des courses était là le premier ? Le trail, pardi ! Ce soir-là, Coursoman a découvert qu’il lui était possible de courir sans faire de courses. Car le trail existe sans les courses, mais les courses de trail n’existent pas sans le trail. Depuis ce jour, le grand frisson qui le traverse habituellement lors du coup de feu de départ, le traverse maintenant toutes les fois où il enfile ses chaussures de trail. Car si les courses lui manquent, il sait qu’il manque davantage aux courses. Et ça, Mesdames et Messieurs, cela s’appelle la Sagesse avec un grand S (pas la Modestie avec un grand M). 

CALIMEROGIRL : CELLE QUI CROYAIT QUE LE TRAIL N'INTÉRESSAIT QU'ELLE

Le cri de super-héroïne de Calimerogirl : Pfff !

Le trail, c’est son truc à elle, rien qu’à elle. Calimerogirl se le répète lorsqu’elle tourne en boucle sur son circuit d’un kilomètre pendant le confinement. Cette pensée l’aide à accepter le fait qu’elle soit la seule de son entourage à faire du trail. “Ils ne savent pas ce qu’ils loupent !”. Quelle fut donc sa surprise lorsqu’elle aperçut au loin son ami Jaimepascouriroman, baskets aux pieds. Elle songea quand même que tout cela était fort suspect. “Lui ? Courir ? Jamais !”. Il est quand même ici question de Jaimepascouriroman, l’homme qui n’aimait pas courir (sans jamais avoir essayé, ce qui est très fort). Il ne faut pas exagérer ! De retour chez elle, elle décida de lui envoyer un message, histoire d’être sûre qu’elle avait bien rêvé :

 

- “Coucou, est-ce que tout va bien ? Je crois que je t’ai vu courir, mais j’ai dû faire erreur :P”

 

-“Hey, oui, tu n’as pas rêvé (qui l’aurait cru ? ^^)! J’avais besoin de me défouler. En fait, il est stylé ton sport !”

 

E-N-F-I-N. Après dix ans de pratique, des dizaines d’heures à essayer de convaincre ses ami·es que la course à pied est un sport formidable, et des centaines de rires au nez plus tard, sa passion est E-N-F-I-N reconnue à sa juste valeur ! Victoire ! À la pensée de tous ces moments de partage qui les attendent, Calimerogirl ne peut contenir sa joie. Elle regretta cependant que Jaimepascouriroman ne se soit pas découvert cette passion commune plus tôt. Puis elle réalisa qu’elle n’aurait de toute manière rien pu y faire, c’est d’ailleurs elle qui le dit la première : le trail, ça ne s’explique pas, ça se vit ! Et Jaimepascouriroman l’a E-N-F-I-N vécu. Tout n’est donc finalement pas si injuste !

À chaque déception ses côtés positifs. Regardez ces super-héros et héroïnes, eux·elles qui croyaient ne plus exister sans leur saison de trail, se sont finalement tous·tes découvert des ressources insoupçonnées, de nouvelles manières de pratiquer, des moments de partage tant rêvés. Bien sûr, leur saison leur manque, mais ils·elles savent que ce n’est pas une fin en soi.  Une saison sans saison est une aventure à elle seule. Et en tant que super-traileur·euses, la soif d’aventures est bien ce que nous recherchons, non ? Faire face à l’imprévu, à la frustration, pour ne retenir, au final, que l’exaltation d’une aventure qu’on voudrait mille fois revivre, c’est notre péché mignon à nous, n’est-ce pas ?   Et vous, quelle est votre fabuleuse épopée de super-traileur·euse ? Qu’est-ce que la saison tronquée et reportée vous a-t-elle appris sur vous ? #shareadventure
manon

Fille, sœur, et compagne de cyclistes. Traileuse* élevée en plein air, à l'école du sport. Particule ultra* en cours d'acquisition. Marathonienne et championne de France Junior 2013 du 10 000 mètres marche athlétique. Mordue d'histoires de sportif·ves.

Conseils
pourquoioncourt
La question est simple. Pourtant, cela fait bien longtemps que vous ne vous l’êtes pas posée en toute franchise, en prenant le temps d’y réfléchir. C’est le moment, vous ne croyez pas ?
Conseils
LES 10 BONNES RÉSOLUTIONS DU TRAILEUR (INFO ET INTOX)
Dès le 1er des 366 jours de cette nouvelle année, vous étiez déjà plein·e de bonne volonté. Mais de la bonne volonté aux résolutions que vous ne tiendrez jamais, il n’y a qu’une foulée, pas vrai ?
Conseils
Parents et traileurs : comment font-ils?
Vous pensez qu’avoir des enfants n’est pas compatible avec le trail ? Vous êtes parent et traileur·euse et êtes curieux·euse de savoir comment cela se passe chez les autres ? On vous y emmène.
Conseils
LES GRANDES ÉTAPES QUI VOUS FONT PROGRESSER EN TRAIL
Le trail, vous y goûtez crescendo ou vous faites plutôt parti·e de la team impatiente (celle qui affole son compteur GPS à tout-va) ? Peu importe, dans les deux cas, il y a toujours une histoire de premières fois !
Conseils
Top 10 des mauvaises habitudes des traileurs
10 ans de pratique et vous êtes toujours ce jeune premier ? Vous réitérez vos erreurs de débutant à l'infini ? Ceci va vous intéresser, juste pour vous rassurer. Ou pas !
Conseils
QUAND CHANGER SES CHAUSSURES DE TRAIL ?
Dans cet article on vous explique comment vérifier l'état de vos chaussures de Trail running pour savoir quand les changer. On vous partage aussi quelques conseils pour allonger leur durée de vie.

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à écrire un commentaire

Rédiger un commentaire
HAUT DE PAGE