SEMI-MARATHON : LES SECRETS D’UNE PRÉPARATION RÉUSSIE

Un nombre de plus en plus important de coureurs à pied novices prennent le départ d’un semi-marathon au terme d’une préparation désinvolte. Quelques incontournables doivent pourtant s’attacher à la distance des 21,1km…

NE PAS SOUS ESTIMER LA DISTANCE SEMI-MARATHON

Tentant pour certains de se laisser abuser par la notion de semi ! Courir la moitié d’un marathon n’est pourtant pas une mince affaire. Surtout lorsque la pratique du running est récente.

Un conseil préalable : participer à plusieurs 10 kilomètres étalonnés et chronométrés avant d’envisager de courir un semi.

 

Posez-vous également plusieurs questions de bon sens avant de valider votre inscription à un 21,1km :

- Etes-vous capable de courir plus d’une heure - même très lentement - à l’entame de votre période d’entraînement ?

- Etes-vous disposé à libérer des espaces réguliers dans votre emploi du temps pour respecter un plan de préparation en cohérence avec votre objectif ?

- Etes-vous prêt à respecter une certaine hygiène de vie générale lors des semaines précédant le jour J ?

 

FAIRE PREUVE DE MÉTHODE ET DE PERSÉVÉRANCE

L’effort décliné lors d’un semi-marathon est toujours – toujours ! – le reflet du travail accompli au préalable à l’entraînement. Espérer courir près de deux heures et parfois beaucoup plus sans en passer d’abord par une phase de préparation peut se révéler dangereuse : ne faites rien qui puisse compromettre votre intégrité physique et/ou vous dégoûter durablement de la course à pied.

 

- Méthode : validez un plan d’entraînement qui vous permette de progresser. Si celui-ci se révèle trop difficile à suivre de manière scrupuleuse, c’est sans doute que vous avez surestimé votre niveau de départ. Revoyez alors vos ambitions à la baisse. Ne brûlez aucune étape. La progressivité dans le kilométrage hebdomadaire couru et l’intensité des efforts fournis est le meilleur moyen de limiter les risques de déclenchement de blessures.

- Persévérance : ce ne sera pas facile tous les jours ! Et sans doute est-ce préférable ainsi. Se préparer à relever un défi physique suppose toujours des qualités de persévérance. Soyez donc persévérant ! Un coureur à pied tendu vers un objectif précis doit prendre soin de respecter des périodes de récupération et de les bonifier en veillant par exemple à la qualité de son sommeil et de son alimentation.

 

NE PAS PERDRE DE VUE L’OBJECTIF FINAL

Porter un dossard sur sa poitrine le jour J est toujours une victoire ! C’est le signe objectif que la préparation a été menée à son terme, que rien n’a pu – ni les bonnes ni les mauvaises excuses – la contrarier. L’objectif final, jusqu’aux minutes précédant le départ, reste de ne rien faire qui puisse contrarier l’accomplissement de l’objectif final. Et celui-ci reste pour les coureurs de tous niveaux d’aller au bout des 21,1km.

Etre capable de décliner un effort régulier et de vivre l’expérience d’une épreuve chronométrée (pour la première ou la centième fois) de manière harmonieuse : à vous l’aventure !

 

DÉCOUVREZ NOS CONSEILS POUR REUSSIR VOTRE MARATHON

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à écrire un commentaire

Rédiger un commentaire
HAUT DE PAGE