QUEL EST VOTRE POTENTIEL EN COURSE À PIED ?

Vous êtes un coureur confirmé ou bien vous venez de débuter la course à pied et vous vous prenez au jeu des premières compétitions. Alors, à un moment donné, vous allez vous poser cette question : de quoi suis-je capable ? Quel est mon potentiel en course à pied ?

PENDANT COMBIEN DE TEMPS PROGRESSE-T-ON ?

La progression d’un coureur s’étale en général sur une dizaine d’années. Bien entendu, plus vous débutez jeune, plus ce délai s'allonge. A l'inverse, cela laisse aussi beaucoup d'espoir à ceux qui débutent sur le tard. Cette donnée est d'autant plus vraie si vous vous entrainez de façon correcte. Prenez donc bien comme point de départ, le moment où vous avez décidé d'avoir un entrainement structuré (en suivant un plan Kalenji par exemple) pour appliquer ce délai de 10 ans.

Il ne faut pas vouloir progresser trop vite et brûler les étapes La progression n’est complète qu’à moyen et long terme. En voulant atteindre des objectifs trop élevés trop vite, vous vous privez d'une marge importante de progression.

 

DE QUOI ÊTES-VOUS CAPABLE ?

SUR ROUTE

Il est possible d'extrapoler une performance sur une course sur route en fonction de votre VMA. Le résultat sera plus fiable sur un 10km que sur un marathon, car quand les distances s'allongent d'autres paramètres prennent le pas sur la VMA pure (capacité de soutien de la VMA, force mentale).

 

Voici quelques exemples de temps envisageables :

 - si votre VMA est de 13km/h : sur 10 km entre 56 ' et 51'20 ; sur semi entre 2h06 et 1h54 ; sur marathon entre 4h35 et 4h05

- si votre VMA est de 15km/h : sur 10km 48'30 et 44'30; sur semi 1h50 et 1h39 ; sur marathon 4h et 3h30

 - si votre VMA est de 18km/h : sur 10km 40'30 et 37' ; sur semi 1h30 et 1h22 ; sur marathon 3h20 et 2h55

Vous pourrez constater que plus la distance et le temps de course s'allongent plus les fourchettes hautes et basses s’éloignent.

 

On peut aussi considérer qu'il faut compter 1 km/h de différence entres les divers distances

Par exemple, 14 km/h sur 10 km = 13 km/h sur semi = 12 km/h sur marathon. Bien entendu tout cela n'est que théorique, mais cela vous permettra d'avoir un ordre d'idée de performances possibles en fonction d'une référence sur une autre distance.

 

EN TRAIL

Sur les courses nature courtes, trails et ultra-trail, il devient plus difficile d'établir des prédictions de performance. En effet, une multitude de critères intervient dans le résultat final :

-       le dénivelé positif

-       la technicité du parcours

-       votre connaissance du parcours

-       votre terrain d’entraînement

-       votre technique en descente

-       votre technique de marche en montée

-       votre utilisation des bâtons

-       votre hydratation voire alimentation

-       etc.

 

Au fil des années, vous allez augmenter votre expérience de la gestion de course, mais aussi de la gestion du stress d’avant-course. Vous pourrez ainsi progresser même si potentiel physique reste le même, voire diminue avec l’âge.

 

LIMITER LE NOMBRE DE COURSES

Il est nécessaire de limiter le nombre de courses par saison. De nombreux coureurs n’atteignent jamais leur potentiel car leur temps d'entrainement n'est pas suffisant entre la récupération d’après-course et la phase de relâchement avant une autre.

 

Il est normal de se poser la question de son potentiel en course à pied. C’est avant tout une question de génétique et tout le monde ne peut donc pas être un sportif de haut-niveau. Mais l’essentiel n’est pas là. L’accomplissement sportif, c’est d’atteindre votre potentiel, d’atteindre les objectifs que vous vous êtes fixés et au bout du compte, vous vous étonnerez sûrement car vous n’imaginiez pas arriver là où vous êtes quand vous avez commencé à courir.

DÉCOUVREZ NOS CONSEILS POUR AMELIORER VOS ENTRAINEMENTS

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à écrire un commentaire

Rédiger un commentaire
HAUT DE PAGE