plaisir courir

Les astuces pour prendre du plaisir en courant

Au-delà des différences de niveaux, les coureurs doivent s’attacher à cultiver le plaisir pris durant la pratique de leur sport. Et à explorer tous les chemins permettant d’éviter qu’une certaine monotonie ne gâche à terme le désir de progression. Certaines astuces permettent d’y parvenir…

 

Varier les allures

Chaque coureur possède une palette d’allures qu’il convient de visiter à l’entraînement. Du trot lent ne déclenchant pas d’essoufflement au sprint court ne pouvant être soutenu plus d’une vingtaine de secondes, il est indispensable de changer régulièrement de rythme afin de tordre le cou à une certaine monotonie.

 

Il faut donc veiller à équilibrer son cycle d’entraînement hebdomadaire autour de séances aux programmes différents. En respectant ces quelques fondamentaux :

- Une séance longue à réaliser à l’allure endurance (vous devez être capable de parler sans gêne) dont la durée augmente progressivement jusqu’à atteindre une heure si vous préparez un 10km en compétition et 2h30 si vous préparez un marathon.

- Une séance de fractionné soit en nature, soit sur une piste d’athlétisme.

- Une ou deux séances de footing effectuées aux sensations – avec si vous le pouvez des séquences dites au seuil ou à l’allure qui sera la vôtre lors de votre prochaine compétition (si vous en avez une de programmée).

 

Changer régulièrement de parcours

Le monde est immense. Le visiter en courant est l’un des privilèges qu’apporte la pratique du running. Trop souvent, le plaisir de courir s’abîme à force de footings effectués inlassablement sur les mêmes parcours. Il faut donc savoir prendre le contrepied d’une routine qui pourrait s’installer au fil des semaines, des mois et des années. Oser partir à l’aventure et tant pis – ou tant mieux – si l’aventure ne consiste qu’à filer vers la droite plutôt que vers la gauche en sortant de chez vous ou qu’à choisir le chemin boisé plutôt que la route goudronnée à la périphérie de votre agglomération ou de votre village.

Parmi les astuces à prendre en compte :

- Accepter d’utiliser parfois un transport en commun ou son vélo pour s’éloigner de son domicile et effectuer sa séance d’entraînement dans un décor totalement inédit.

- Ecouter les conseils des autres coureurs qui énumèrent les avantages ou qualités de leurs parcours favoris.

- Ne pas craindre d’évoluer sur une piste d’athlétisme – si l’on en trouve une proche de chez soi – pour apprendre l’étiquette de l’entraînement en fractionné.

 

Se méfier des objets connectés

Que l’on privilégie une pratique du running 100% basée sur le plaisir pris à courir ou que l’on ambitionne de progresser en s’entraînant de plus en plus vigoureusement, il est important de ne pas être esclave des objets connectés. Ecouter de la musique lors des footings ou des séances longues est certes séduisant. Mais cela ne doit pas devenir systématique. Pas au point, en tout cas, que la perspective d’une séance sans musique vous dissuade même de partir courir !

En ce qui concerne les montres GPS et tous les outils permettant de calculer certains paramètres (nombre de kilomètres courus, vitesse moyenne…), il faut savoir s’en affranchir et rester d’abord à l’écoute de ses sensations (plutôt que d’un écran accroché au poignet). C’est le meilleur moyen de ne pas perdre le plaisir de courir en route. Ne l’oubliez pas, vous n’êtes pas un athlète de haut niveau !

 

Oser participer à des compétitions

Personne ne peut s’improviser marathonien du jour au lendemain mais tout le monde peut et doit envisager d’épingler un dossard sur sa poitrine dès sa première année de pratique régulière du running. 10km, trails courts et jusqu’aux désormais populaires « fun runs » : le running en compétition est d’abord l’occasion de prendre place dans l’immense communauté des femmes et des hommes qui courent. D’adopter ses rites, ses rythmes et son étiquette de convivialité dans l’effort. Préférer les épreuves à proximité de son domicile afin de tenter l’expérience compétition dans un cadre familier.

 

Développer une vraie amitié avec d’autres coureurs est une formidable manière de nourrir sans cesse le plaisir de courir. A vouloir s’enfermer dans une déclinaison exclusivement solitaire du running, on se coupe de la résonnance humaniste intimement liée à la pratique de la course à pied.

Validez votre note
Total votes: 112
Rédiger un commentaire
Commentaires

Courir doit avant tout rester un plaisir et non une contrainte. Je suis d'accord avec le fait de laisser chez soi tous les appareils connectés (montre GPS, cardiofréquencemètre, etc...), laissez vos yeux et oreilles redécouvrir la nature, et "écoutez" ce que vous dit votre corps.

Adepte du Trail, quel plaisir de s'égayer dans les chemins environnant, c'est ça la vraie liberté.

Bonne route à tous.

Bonjour
Je li vos commentaire et je prend des notes et des conseils .je trouve que vous avez de bonne explication que j essai de metre en pratique.
Je suis âgé de 61ans et courir et la pratique d autre sport comme le tennis et la muscul son pour moi une drogue.merci pour vos conseils philippe

Très bons conseils; et :à l'entrainement laisser les bras souples-mains à hauteur des hanches- et non repliés vers la poitrine car ça "bloque" les poumons. Si on accélère : tirer sur les bras qui seront un peu plus repliés, mais ne pas les coincer sur la poitrine. Merci à vous, à bientôt

Encore de précieux conseils que vous nous donnez l' équipe DECATHLON! Notamment sur le fait de changer d' endroits...Dès aujourd'hui, ne faisant pas mes courses près de chez moi, je me mettrai en tenue de sport et j' irai explorer les alentours de mon hypermarché! et puis pour la montre connectée, cela ne doit pas être évident de s' en passer car tout les runners en ont maintenant...mais bon à essayer!!!

Personnellement je cours 2 à 3 fois par semaine, à raison d'une heure minimum à chaque séance.
Je cours seul, à mon rythme, sur parcours variés.
J'enregistre mes séances sur appli. Nous sommes en 2016 ! Si je venais à rater un enregistrement, j'en serais assez frustré mais je n'en ferais pas une montagne.

La montre GPS,un moyen pratique de voir et partager son parcours sur une carte au retour d'une séance,au-delà du calcul de la vitesse,l'allure ou la fréquence cardiaque.

je suis totalement d'' accord

j'ai couru,maintenant je suis un marcheur rapide ,pourquoi je n'ai plus le besoin et l'envie de courir,!!! il est un vrais que j'ai 77 printemps,mais toujours partant et en pleine forme,j'envisage les 65 km de la réunion !!!!!!!!!! alors pourquoi ?

A 75 ans j'ai toujours autant de plaisir à faire un footing malgré tout les marathons et semis sont derrière moi courrir OUI mais pour le plaisir

j'ai commencé a courir ça fait prés un ans je prend plaisir et dimanche je vais faire les matin vert 8km400 et j'espers bien finir a 68 ans encore en forme mais connecté car je surveille mon coeur a mon ages faut faire attention.

Pages
HAUT DE PAGE