Les astuces pour courir avec son chien

(5) 8
Déposer un commentaire


Tentant de pratiquer le running avec son chien. Particulièrement lors des journées les plus longues et les plus clémentes de l’année. Certaines précautions doivent cependant être prises pour que votre fidèle compagnon évolue à vos côtés en toute sécurité.

 

Demander l’avis de votre vétérinaire

Toutes les races de chiens ne sont pas égales lorsqu’il s’agit de courir ! La première précaution à prendre est de vérifier si votre animal domestique peut tolérer génétiquement des efforts modérés de plusieurs dizaines de minutes. Les chiens à courtes pattes ont généralement du mal à suivre un humain – même lorsque celui-ci ne fait que trottiner. Idem pour les chiens au nez court parfois victimes de malaises en raison d’une mauvaise ventilation à l’effort.

 

A savoir : il est déconseillé de courir avec un chiot âgé de moins de sept mois. S’assurer que le squelette est arrivé à maturité (ce qui peu prendre jusqu’à vingt mois pour certaines races) avant d’entreprendre un footing. Finalement, il est sage de consulter votre vétérinaire afin de procéder à un check-up et de vous assurer que votre chien est apte à l’exercice.

 

De la progressivité pour les chiens aussi !

C’est l’une des bases de l’entraînement running (pour les humains) : ne pas augmenter le kilométrage de manière trop brutale afin d’habituer muscles et tendons aux contraintes et réduire ainsi le risque de déclenchement de blessure. Les mêmes précautions doivent être prises si vous avez décidé de courir régulièrement avec votre chien. Débutez chaque séance par un échauffement consistant en une alternance d’épisodes de marches et de trot lent. Ainsi, votre compagnon pourra jouir d’une plus grande liberté et faire aisément ses besoins (munissez-vous d’un sac plastique en toutes circonstances et portez-le avec vous jusqu’à la poubelle la plus proche). Ensuite, installez-vous sur un tempo qui permet à votre chien de vous suivre sans accomplir un effort trop violent. Il est préférable que ce soit lui qui tire sur la laisse plutôt que le contraire…

 

Préférer les chemins forestiers aux axes bitumés

Presque une évidence ! Il est préférable d’évoluer sur un axe vierge de tout trafic automobile afin de réduire les risques d’accident et protéger les tendons des chocs sur sols bitumés. Courir en nature permet à votre chien de courir plus librement et de stimuler son odorat. Quelques précautions si vous choisissez d’ôter la laisse :

- Assurez-vous que votre animal domestique respecte les ordres les plus basiques que vous lui donnez.

- Ne le laissez pas s’éloigner de vous de manière excessive (préférable de l’avoir en permanence dans son champ de vision pour contrôler qu’il n’avale pas n’importe quoi…).

- Vérifiez que le terrain sur lequel vous courez n’est pas fréquenté par des jeunes enfants pouvant être effrayés par votre compagnon.

 

Faire preuve de prudence et de vigilance

D’abord, le ravitaillement. Les chiens ont besoin de boire souvent – particulièrement lorsqu’ils effectuent un effort. Il est donc prudent de s’arrêter toutes les quinze minutes environ pour réhydrater votre animal. Prévoir pour cela un récipient – si vous n’avez pas appris à votre chien à boire à la bouteille (à loger par exemple dans un CamelBak). Attention de ne pas lui imposer de footing lorsqu’il fait chaud. Et n’oubliez pas qu’il n’est pas équipé de chaussures ! En d’autres termes, il est important de vérifier que la température du sol reste tolérable.

A propos de ravitaillement solide, il est préférable de ne pas nourrir votre chien au moins une heure avant l’effort. Adaptez ses rations aux efforts fournis en privilégiant les protéines et le calcium. Vérifiez régulièrement qu’il ne perd – ou ne prend – pas de poids. Si c’est le cas, demandez conseil à votre vétérinaire et corrigez les rations.

Un conseil pour conclure : vérifiez au terme de chaque footing qu’il ne s’est pas blessé aux pattes et qu’une plaie (même minuscule) ne présente aucun risque d’infection.

Enfin, n’hésitez pas à récompenser votre chien après un bon footing. Il le mérite !


 

Soyez attentif à la respiration de votre chien. Si son rythme cardiaque peine à redescendre après un effort – et qu’il reste essoufflé durant plusieurs minutes –, c’est sans doute que vous lui en avez trop demandé.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Validez votre note
Rédiger un avis
Commentaires

Bonjour, j'adore courir avec mon chien (un labrador croisé malinois) et nager à la mer ensuite après! Quel type de harnais me conseillez-vous? En existe-y-il des water-résistants? :-)

Merci,


Aurore


Bonjour Aurore,


J'imagine que vous devez partager de superbes moments de complicité avec votre chien.

Nous n'avons malheureusement pas d'accessoires spécifiques au canicross dans notre gamme. Je vous conseille de vous rapprocher d'un magasin ou site spécialisé.


Sportivement,


Samuel, Equipe Kalenji


Très intéressant, je pratique la courses à pied, depuis 1 an avec mon chien (un braque de weimar) car elle à besoin de ce dépenser et autant le faire a deux ;) je ne savais pour l'hydratation, très utile tout c'est conseil.


info utile, Je débute en running et mon toutou aussi après un an de club canin (il a 1 ans et demi) j'ai couru pour la première fois avec lui 45 mm en forêt ce matin , c'est un grand chien croisé type bruno du jura (chasseur) il n'était pas fatigué ca c sûr ! par contre je ne savais pas qu il devait s'hydrater si souvent ! il avait une longue laisse enrouleur de 10 M pour l instant je préfére.


C'est bien d'apprendre que ce n'est pas conseillé de courir avec un chiot qui est trop jeune. Nous allons bientôt avoir un petit chiot chez nous, et j'aimerais bien pouvoir courir avec lui un jour. Ayant lu cet article, je saurai qu'il faut attendre à ce qu'il soit assez grand et de ne le pas faire avant.


Gaston Parizeau | http://veterinairebeaubien.ca/a-propos


Très bon article, j'envisage de prendre un chien pour m'accompagner lors de mes footing, mais j'aurais aimé avoir des avis sur les races de chiens les mieux adapté.


Bonjour Patricia,


Il vaut mieux privilégier un chien de taille moyenne à grande qui sera plus à même de courir qu'un chien à pattes courtes.

Par exemple les Braques allemands ou de Weimar, le border collie, les bergers australiens, belge ou allemand, etc.

N'hésitez pas à poser la question à un club de canicross près de chez vous pour plus de précisions et des retours d'expérience.


Sportivement,


Samuel, Equipe Kalenji


Très bon article qui peut servir, on a tendance à surévaluer les performances de nos animaux.


HAUT DE PAGE