lacer ses chaussures de course

Laçage de vos chaussures de running : Les différentes techniques

Quel que soit le niveau de pratique sportive, chaque détail a son importance. Y compris, et peut-être surtout, au niveau du laçage. Voici un rappel des techniques généralement employées en fonction de la forme du pied ou des points douloureux ressentis en courant.

 

Un rappel de quelques fondamentaux :

- Le choix du modèle de chaussures est important. Capital même. Il se décide en fonction de votre type de foulée (pronatrice, supinatrice ou universelle) de votre gabarit (taille et poids) et du terrain sur lequel vous vous entraînez généralement (piste, bitume, nature). Faites-vous conseiller par un technicien de Kalenji en cas de doute.

- Ne pas oublier lors de l’achat d’une paire de chaussures que le pied a tendance à gonfler durant l’effort et à prendre un espace plus important dans le chaussant. Il est donc préférable de toujours choisir une pointure supérieure à celle des chaussures de ville. Votre pied a besoin de respirer. Ne l’enfermez pas.

- Changer régulièrement de chaussures. L’achat d’au moins deux paires par an est conseillé aux coureurs réguliers. L’idéal étant d’en posséder toujours au moins deux en bon état pour pouvoir alterner et laisser reposer les chaussures entre chaque entraînement.

 

A propos du laçage :

 

 

 

Protection des orteils

Fréquent que les ongles des coureurs soient victimes d’hématomes. Ce type de laçage permet de limiter les risques de douleurs aux extrémités des pieds. Croiser un bout du lacet du premier œillet vers le haut opposé de la chaussure et respecter ensuite chaque trou avec l’autre bout de la chaussure.

 

 

 

 

 

Protection du coup-de-pied

C’est une douleur qui peut devenir lancinante. Fréquent, de surcroît, qu’un laçage trop serré coupe la peau et provoque une plaie bénigne mais difficile à soigner. Pour une meilleure protection du coup-de-pied, évitez tout croisement sur la languette de la chaussure.

 

 

 

 

 

Protection et confort des pieds larges

Si vos chaussures possèdent deux rangées d’œillets de chaque côté de la languette, choisir les trous les plus rapprochés. Cette technique permet en effet au pied de profiter plus complètement de toute la largeur du chausson. Si vous n’avez qu’une rangée d’œillets, limitez le nombre de croisements au niveau du laçage pour limiter la sensation d’enfermement.

 

 

 

Protection et confort des pieds étroits

Choisir les œillets les plus éloignés de la languette si vos chaussures sont équipées d’une double rangée. Dans le cas contraire, privilégiez un laçage croisé avec un système de verrou pour limiter les mouvements du pied à l’intérieur du chausson.

 

 

 

 

 

Quelques conseils pour conclure :

- Préférez un double nœud à un nœud simple. Et serrez bien le second mais sans enfermer le pied. Vérifiez avant le départ de chaque course que le double nœud n’est pas susceptible de se défaire. Il est toujours rageant de devoir stopper son effort pour s’occuper de ses lacets…

- Protégez vos pieds. Particulièrement si vous êtes sujet aux ampoules ou aux cors. Les plaies aux pieds peuvent être douloureuses et longues à cicatriser en raison des frottements incessants.

HAUT DE PAGE