foulée de course à pied

La foulée de course à pied ou comment améliorer ses performances

(26) 7
Déposer un commentaire

Naturellement, nous avons tous une façon différente de courir. Votre foulée vous est propre et, bien souvent, vous l’oubliez complètement en courant. Pourtant, saviez-vous qu’elle est l’une des clés essentielles de votre progression ?

 

Pourquoi travailler sa foulée ?

Votre foulée, c’est le moteur qui permet de restituer l’énergie que vous dépensez à courir et de propulser votre corps en avant à chaque pas. Lui porter attention et l’améliorer vous permettra d’optimiser cette énergie et en conséquence d’impacter vos performances.

En faisant progresser votre foulée, vous pourrez optimiser l’effet de ressort naturel produit par chacun de vos pas et économiser votre dépense énergétique. C’est aussi un moyen de limiter les blessures en corrigeant votre posture.

Enfin, et surtout, le travail de votre foulée vous offre la possibilité d’éprouver de meilleures sensations de course et de prendre davantage de plaisir à l’effort. Autant de bonnes raisons de vous intéresser de près à votre façon de courir !

 

Quelle est la foulée idéale en course à pied ?

Il existe autant de manières de courir que de coureurs, par conséquent difficile de décrire la meilleure façon de procéder... Votre foulée dépend de multiples facteurs comme votre poids, votre posture, votre morphologie, votre taille, votre expérience… Et nous ne courons pas de la même façon selon le type de course et la distance parcourue : inutile de comparer la foulée d’un sprinteur à celle d’un traileur !

Sachez qu’il existe principalement 2 types de foulée :

- l’attaque talon ou ”cycle arrière” qui concerne la majorité des coureurs, en particulier les coureurs hors piste, et consiste à poser en premier au sol le talon et ensuite à dérouler le pied vers l’avant;

- l’attaque avant ou médio-pied ou “cycle avant” qui consiste à poser l’avant du pied ou le plat du pied en premier, un peu comme si vous veniez “griffer” le sol. Généralement, c’est de cette manière que nous courons à l’enfance mais, en grandissant, nous modifions inconsciemment notre foulée notamment en raison des semelles épaisses qui composent l’arrière de nos chaussures de course à pied (avec un drop important) et facilitent la pose du talon en premier au sol pour amortir les pas.

Alors, quelle est la meilleure foulée à adopter ? Là encore, il est difficile d’avoir un avis tranché puisque les experts ne sont pas tous du même avis.

La tendance est plutôt au minimalisme qui vise à se rapprocher d’une foulée naturelle et donc à attaquer par l’avant ou le médio-pied. Ce type de foulée sollicite moins les articulations du genou et le bas du dos que l’attaque talon mais fait davantage travailler les muscles inférieurs, les tendons d’Achille et les pieds. Les coureurs qui pratiquent le cycle arrière ont tendance à écraser leurs talons au sol et donc à alourdir leur foulée tandis que le cycle avant favorise l’effet rebond des pas puisque le pied est moins longtemps en contact avec le sol et le corps plus facilement propulsé en avant.

Quoiqu’il en soit, essayez de courir en faisant le moins de bruit possible car cela signifie que vous écrasez votre pas et donc dépensez de l’énergie à marteler le sol plutôt que de courir avec légèreté et souplesse en limitant les impacts. Veillez à garder le buste droit, les membres inférieurs alignés et les épaules relâchées pour limiter les maux de dos et améliorer l’efficacité de vos foulées.

 

Quelle technique pour améliorer sa foulée ?

Choisir de modifier votre foulée, c’est un peu comme réapprendre à courir puisque vous allez chercher à transformer un geste inné chez vous. Il s’agit là d’un long travail que vous devrez effectuer progressivement pour éviter les blessures.

Si vous modifiez votre foulée sans vous entraîner au changement au préalable, vous risquez également d’augmenter votre dépense énergétique pour vous corriger et donc de réduire vos performances.

Pour pallier cet inconvénient, mieux vaut y aller progressivement en adaptant votre geste au fur et à mesure : d’abord une dizaine de minutes par entraînement, puis la moitié de la séance jusqu’à sa totalité, au fil des semaines. Ces changements peuvent engendrer quelques douleurs musculaires ou articulaires inhabituelles, le temps que le corps s’y habitue.

La préparation physique générale (PPG) peut aussi vous aider à travailler votre foulée en gainant votre corps et donc en améliorant votre posture.

 

Changer de chaussure pour changer sa foulée ?

Le perfectionnement technique de votre pas de course reste l’élément prépondérant à l’optimisation de votre foulée. Toutefois, il est également possible de favoriser ce travail en réduisant progressivement le drop de vos chaussures, c’est-à-dire la différence de hauteur entre l’avant et l’arrière de la semelle.

Faites attention à ne pas brûler les étapes : en aucun cas vous ne devez passer d'un seul coup d'une chaussure classique (drop d’environ 10mm) à un modèle à drop trop réduit (- de 5 mm) sous peine de vous blesser !

L'idéal serait de passer sur un modèle de 6 ou 8 mm en complément de votre modèle habituel et d'alterner les séances entre l'une et l'autre avant d'envisager éventuellement un drop encore plus réduit à la prochaine paire.

 

Améliorer vos performances c’est donc aussi prendre soin de votre foulée pour optimiser la dépense énergétique. Choisir de progresser en la travaillant est un travail de longue haleine, armez-vous de patience ! Votre foulée dépend aussi beaucoup du choix de vos chaussures de running et notamment de leur drop, soyez attentif à ce facteur.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Validez votre note
Rédiger un avis
Commentaires

Article très intéressant. Par rapport aux deux pratiques, attaque talon ou attaque médio-pied, vous faites preuve d'une certaine neutralité et objectivité, ce qui est positif. Je suis passé par les deux types de foulée et vous avez raison de parler de progressivité et de prudence lorsque l'on souhaite transiter, notamment, d'une attaque talon (que l'on pratique plutôt de manière involontaire, comme vous l'exprimez) à une attaque médio-pied que je mets en oeuvre depuis plusieurs mois et pour laquelle je ne vois que des avantages. En tout cas, il est encourageant que tout la sphère sportive, médecins, kiné, podologue, entraîneurs, experts, (et les distributeurs de chaussures en font partie !) s'intéressent de plus en plus à la question fondamentale du running, celle de la technique, de la gestuelle. On commence enfin à comprendre que, non, une façon de courir, inconsciente, n'est pas forcément la meilleure pour prendre du plaisir et se préserver des blessures (c'est tout bénéfice sur le long terme). Oui, courir, cela s'apprend et on ne court pas comme l'on marche ! Accorder du temps à la technique de course favorise une pratique de la course à pied plus réfléchie et plus naturelle (ce n'est pas contradictoire). Bonnes foulées à tous.


Il me semble que le drop n'est pas mis en évidence sur les diffèrents modèles proposés


Très bonne analyse


Il est également vrai que l'on peu courir à la même allure en modifiant sa cadence avec un idéal de 180 PPM. C'est assez sympa lors d'une sortie de conserver une vitesse en passant de petites foulées rapides jusqu'au grandes foulées plus lentes pour trouver celles qui permet de tenir le coeur au plus bas. Ceux qui courent sans cardio s'y trouveront aussi en sensation durant cette exercice.


Merci de pour toutes ces informations très intéressantes à mettre en pratique....


Il faudrait donc que nous puissions classer les chaussures par la taille du drop


Merci pour ces infos pertinentes et utiles


HAUT DE PAGE