BENEVOLES

HYMNE À LA GLOIRE DES BÉNÉVOLES EN TRAIL (OU LES 5 COMMANDEMENTS DU BÉNÉVOLE)

Quelque temps après notre hymne à la gloire des supporters en trail (ou petit guide du bon supporter), nous avons décidé de continuer à jeter des fleurs par centaines à celles et ceux qui font notre sport, bien avant nous-mêmes, traileur·euses, qui ne nous situons, en vérité, qu’au bout du bout de la chaîne. Ainsi, dans la série “hommes et femmes de l’ombre”, nous braquons aujourd’hui nos projecteurs sur… *roulement de tambour* : les bénévoles !

Et puisqu’on en parle, saviez-vous que le mot bénévole vient du latin benevolus, signifiant bonne volonté ? Certes, nous pourrions nous arrêter ici, et prétexter que cette étymologie se suffit amplement à elle-même… Mais cela serait mal nous connaître ! Une tâche si complexe que celle de faire preuve de bonne volonté lorsqu’il s’agit d’organiser un événement nous permettant à nous autres, traileur·euses, de nous adonner à notre passion, mérite en effet (et c’est le moins que nous puissions faire) ces quelques lignes. Et encore… Nous ne sommes pas certain·es de parvenir à retranscrire fidèlement tout ce qu’implique le don de soi. 

C’est vrai quoi ! Lorsqu’on y pense, les bénévoles nous offrent quand même la seule chose au monde qui ne s’achète pas : du temps. Leur temps. Votre temps (et à compter de ces mots, nous nous adresserons désormais directement à vous). Or, nous savons tous et toutes combien le temps est précieux ! C’est donc dire combien l’usage que vous en faites vous tient véritablement à cœur. 

Alors, c’est sans pression (enfin, juste un petit peu), et seulement avec tous nos bons sentiments à votre égard, à vous, bénévoles, qui nous donnez sans compter, que nous avons souhaité vous donner, nous aussi, en retour… Juste le temps de vous dire merci.

D'UNE DÉTERMINATION SANS FAILLE, VOUS TÉMOIGNEREZ

Nous n’avons jamais douté que vous le soyez, déterminé·es. Loin de nous cette idée. Mais lorsque vient le petit matin du trail que vous organisez, que les tentes sont déjà montées, que l’arche d’arrivée se dresse fièrement sur ses deux pieds, et que vous n’attendez que nous pour commencer ; nous, qui arrivons la fleur au fusil, un brin (une branche, enfin, plutôt un tronc) stressé·es, ne songeant qu’à trouver le temps de nous échauffer, et un accès privilégié au lieu prisé de la journée : les toilettes (#ThePlaceToBe) ; nous, plein·es d’innocence et heureux·euses d’être enfin là, sommes très loin de nous imaginer que vous venez seulement de rallier votre propre ligne d’arrivée : celle du jour J… Et qu’une fois le départ donné, c’est une nouvelle course qui débutera alors pour vous : celle du bon déroulement de ce moment tant attendu. 

Car pour y parvenir, à ce moment précis, il vous a fallu batailler. Batailler, vaillamment et sans relâche, pour vous aligner face à toutes les contraintes possibles et imaginables. Des autorisations administratives pour valider le tracé du parcours de vos rêves, aux refus essuyés suite auxquels vous avez dû aviser, en passant par les heures de réunions passées à déterminer qui posera les ganivelles, qui préparera les gamelles, et qui gérera les imprévus organisationnels. Sérieusement, qui aime suffisamment la paperasse et les casse-têtes pour s’en accommoder même les jours fériés ? Vous, pour sûr, et fort heureusement pour nous. 

Aussi, nous n’osons à peine imaginer la déception qui fut la vôtre lorsque votre course a été annulée cette année. Vous, les premier·ères impacté·es, nous faites reconsidérer notre peine et ce sentiment de nous être entraîné·es en vain. Vous avez su nous rassurer en nous promettant que tout ceci n’était que partie remise. Vous avez démontré, une fois de plus, combien vos épaules étaient, et demeurent, solides.

 

Merci.

AUX AURORES, VOUS VOUS LÈVEREZ

Bien au chaud, au fond de notre lit, nous venons à peine de parvenir à fermer l’œil, et nous trouvons déjà au beau milieu du traditionnel rêve qui nous fait, à chaque fois, nous réveiller en sursaut : celui où nous avons oublié nos chaussures de trail et avons manqué le départ. Dehors, les bénévoles, eux·elles, enfilent leurs gros manteaux tout doux et se dirigent vers le site de départ, motivé·es comme jamais. Motivé·es comme toujours. 

Sortir du lit quand tout le monde dort est une épreuve en soit, mais lorsqu’on sait que c’est pour aller préparer des sandwichs aux rillettes à destination de la buvette (tout en ingurgitant un troisième café pour tenter de garder les yeux ouverts), la chose semble alors relever du génie ! Et oui, les bénévoles sont des dur·es à cuire : ce ne sont certainement pas quelques relents de pâté à cinq heures du matin qui vont les effrayer.

Au cœur de la nuit, il y a aussi Franck, l’organisateur du Trail de la Côte d’Opale®, et son habitude qui lui colle à la peau et qu’il n’échangerait pour rien au monde. “Dans la nuit du samedi au dimanche, j’aime aller vérifier les marquages au sol, le balisage, et les barrières. C’est un moment magique. Il y a toujours de belles lumières. Parfois, je suis sous la pluie, ou éclairé par la lune. Je me retrouve avec moi-même et je me dis “et voilà, une organisation de plus au compteur”. Je croise aussi des bénévoles qui commencent déjà à travailler”.

La nuit, cela fourmille : ces petites mains s’attellent à peaufiner le théâtre dans lequel les traileur·euses s’apprêtent à jouer. Le temps de régler les derniers petits détails, au calme. Le temps de savourer le travail accompli, et de s’assurer que tout est sous contrôle avant que l’inattendu ne survienne.

Oui, la nuit est décidément consacrée aux bénévoles, alors que le jour revient aux sportif·ves. Ces étoiles s’activent, prêtes à laisser le soleil leur voler la vedette. Mais détrompez-vous, ce n’est pas parce que nous ne les voyons pas toujours qu’elles ne sont pas là. 

Les bénévoles veillent au grain. Au grain près.

 

Merci.

AUX PETITS OIGNONS, TOUJOURS, VOUS SEREZ

En panne d’eau ? Besoin de connaître la direction à emprunter ? Ou juste envie d’un joli sourire et d’un petit mot d’encouragement ? Les bénévoles sont là pour nous servir. Littéralement. À croire que notre bonheur fait le leur. Le vôtre. En fait, oui. C’est exactement cela : notre bonheur fait le vôtre.

Des mois durant, vous préparez cette journée. Des mois durant, vous l’imaginez, vous la rêvez, vous la réglez comme du papier à musique. Des mois durant, vous la fantasmez en vous efforçant d’en appréhender tous les scénarios possibles. Et pourtant, aucun d’eux ne correspondra jamais à la réalité. Pas une année ne ressemble à l’autre. Tenter d’en solutionner les problèmes avant que cette journée n’ait lieu est un non-sens, mais vous êtes ainsi fait·es. C’est votre nature qui le veut et l’exige : benevolus, la bonne volonté, celle de bien faire et de contenter les autres. Au coin de votre bouche, vous, les bénévoles, avez un recueil de gentils mots à distribuer sans modération.

Face à autant de gentillesse, brisons la glace : sur vous, il existe un mythe, une légende qui a la tête dure. Il paraîtrait en effet que, lorsqu’un·e traileur·euse s’enquiert auprès d’un·e bénévole quant au nombre de kilomètres restant à effectuer avant de rallier la ligne d’arrivée, le·a bénévole en question aurait tendance à minimiser ce chiffre. Mais ce que la fable ne dit pas, c’est pourquoi le·a bénévole de cette histoire répond “deux kilomètres”, plutôt que trois kilomètres et deux cent soixante-quinze mètres. Ce kilomètre et les deux cent soixante-quinze mètres omis par le·a bénévole comptent. Ils sont importants. Certes. Mais le·a bénévole, un être empreint d’une grande sagesse, nous apprend à travers cette réplique une chose plus importante encore que ce kilomètre et ces deux cent soixante-quinze mètres en rabiot : alors que nous ne pensions pouvoir parcourir ne serait-ce qu’un seul mètre supplémentaire après être venu·es à bout de ces deux derniers kilomètres supposés, nous sommes en réalité capables de courir bien plus encore.

La morale de l’histoire ? Vous, les bénévoles, nous mettez face à nous-mêmes, traileur·euses : vous nous montrez combien nous sommes plus fort·es que ce que nous croyons. Vous êtes de révélateur·trices de ressources, des boosters ambulant·es, des coachs improvisé·es, mais pas moins efficaces. Tout simplement. 

 

Merci.

PAR UNE INÉBRANLABLE PASSION, VOUS SEREZ HABITÉ·ES

Cela semble évident, et pourtant : comment le dévouement des bénévoles à leur cause pourrait-il s’expliquer par autre chose que par la passion ?

Quelle passion ? Celle pour les autres, pardi ! La passion du don de soi, et aussi la passion de se retrouver entre passionné·es. Parce que lorsqu’ils·elles sont ensemble, c’est un peu comme un alignement des planètes, vous voyez ? Oui, tout concorde quand les bénévoles allient leurs pouvoirs magiques. “C’est une immense satisfaction de voir comment autant d’énergies individuelles déployées collectivement peuvent venir former un si bel événement ! Chacun·e a sa propre capacité, et c’est exactement ce qui fait notre force”. 

Franck n’est pas peu fier de son équipe… Et il a de quoi l’être ! Ces personnes, il leur fait profondément confiance. À l’image de Philippe, qui lui a un jour téléphoné, il y a dix ans de cela, pour lui proposer son aide, et qui compte désormais parmi les piliers du staff. Il y a aussi Damien, qui promène l’officiel·le de la FFA (Fédération Française d’Athlétisme) dans son 4x4 ; et Thierry, qui balade le·a cameraman sur sa moto. Sans oublier Maxilene, la moitié de Franck, celle qui l’a “poussé” à se lancer, pour reprendre ses mots. Et oui, vous ne croyiez tout de même pas que créer une course de toute pièce se faisait sans un indéfectible soutien ? L’organisation est si prenante qu’elle s’installe forcément au sein du foyer, s’invite naturellement aux conversations à table, et s’assied confortablement dans le canapé. Organiser, c’est tout ou rien, et pour tout donner, il faut que l’autre accepte… Et se retrousse aussi les manches. 

L’organisation d’une course, c’est également offrir l’opportunité aux personnes isolées de s’inclure dans un collectif. C’est se fixer un rendez-vous, et savoir qu’à cette date-là, chaque année, on ne sera pas seul·es. “En 2020, nous avons loupé notre Noël à nous. Ça me dérange d’avoir manqué ce moment, Le Trail de la Côte d’Opale® donne une histoire à nos vies… Alors, la veille de la course, nous nous sommes regroupé·es, nous étions une quarantaine : nous avions besoin d’être ensemble”. 

Ces mots sonnent comme un pincement au cœur, petites souris que nous sommes, à qui il est donné de pouvoir observer la scène via la serrure. Mais ces mots ne sonnent pas la fin d’une époque. Au contraire. Ces mots s’inscrivent dans la genèse d’une organisation, qui vit des hauts, qui vit des bas. Ces mots donnent du baume au cœur : vous, les bénévoles, aimez vous retrouver, pour vous, pour nous. Pour partager. Pour le plaisir d’être réuni·es au nom d’un sport, notre sport à nous tous·tes : le trail. Pratiquant·es ou non, peu importe. 

 

Merci.

INDISPENSABLES, VOUS DEMEUREREZ

Vous, les bénévoles, possédez cette capacité à laisser le devant de la scène aux traileur·euses, malgré le fait que vous soyez à l’origine de la scène en question. Or, c’est justement cette faculté que vous avez, celle de vous faire oublier, qui fait de votre événement, un événement réussi. Vous réglez les désaccords, trouvez des solutions, déjouez l’imprévu, le tout sans faire de bruit. Dans le calme et en coulisses, tout coule de source, et nous autres, traileur·euses, nous y baignons les yeux fermés. 

Une organisation est une symphonie sans fausses notes, du moins, vous savez judicieusement les rendre inaudibles. Nous, traileur·euses ? N’y voyons, encore une fois, que du feu. Pour vous, une seule et unique chose a son importance : que notre expérience soit la plus inoubliable possible. En nous donnant de votre temps, vous permettez au nôtre d’être d’autant plus appréciable... Bande d’exhausteurs de moments de qualité que vous êtes ! 

Aussi, ne croyez surtout pas que votre don d’invisibilité rende votre travail invisible, que vous êtes invisibles. Non. Nous vous voyons. Nous voyons combien vous mettez du cœur à l’ouvrage. Nous voyons à quel point vous souhaitez bien faire, et à quel point vous le faites bien. 

“Lorsque, deux jours avant l’événement, on a su que le trail serait annulé, nous avons envoyé un énième mail aux personnes inscrites pour leur annoncer la mauvaise nouvelle”. L’élan de solidarité (bien mérité) qui s’ensuivit donne le tournis : un post Facebook vu plus de 400 000 fois, et des centaines de messages de soutien… “Depuis ce jour, nous savons ce que signifie la solidarité, qu’elle est là et qu’elle existe”, témoigne Franck.  

Mais y a-t-il réellement quelque chose d’étonnant à cela ? Nous, traileur·euses, sommes habitué·es à recevoir de vous ; et vous, bénévoles, à nous donner à nous. Mais ce schéma ne fonctionne pas nécessairement et uniquement en ce sens. Nous apprécions ce que vous faites pour nous, que l’événement ait lieu ou non ; parce que vous, bénévoles, faites vivre notre sport. Parce que vous, bénévoles, donnez une impulsion à notre routine et nous permettez de nous retrouver. Parce que vous, bénévoles, êtes indispensables. 

 

Merci.

Si les courses nous manquent, les bénévoles, eux·elles, nous manquent davantage encore ! VOUS nous manquez davantage encore.  Sachez que nous sommes pleinement conscient·es que c’est le temps que vous nous offrez qui nous donne l’opportunité d’exercer notre passion en compétition. Rare cadeau d’inconnu·es à d’autres inconnu·es, d’autant plus appréciable, et précieux.  Aussi, parce que le don de soi n'empêche, et ne doit certainement pas empêcher la reconnaissance, c'est de bon cœur que nous vous offrons la nôtre. Vous la méritez. Amplement. Alors, encore merci. Infiniment.   Et vous, quel·les sont les bénévoles que vous souhaitez remercier ?

*Un merci tout particulier à Franck Viandier, organisateur du Trail de la Côte d’Opale®, pour le partage de ses années d’expérience, pour son regard aiguisé, pour sa gentillesse et sa passion débordante.

manon

MANON - Fille, sœur, et compagne de cyclistes. Traileuse* élevée en plein air, à l'école du sport. Particule ultra* en cours d'acquisition. Marathonienne et championne de France Junior 2013 du 10 000 mètres marche athlétique. Mordue d'histoires de sportif·ves.

Conseils
chaussures
Pour choisir vos chaussures de trail, vous procédez ainsi : “elles me plaisent, donc je les prends” ? Pourtant, vous ne savez rien d’elles, ni elles de vous. Et oui, les qualités d’une chaussure doivent composer avec les vôtres… et ce que vous comptez en faire ! On vous montre ?
Conseils
ecoresponsable
Vous chérissez la nature et l’incroyable accueil qu’elle seule sait vous réserver à chacune de vos sorties trail ? Vous souhaitez contribuer à sa protection et à sa préservation ? Il semblerait qu’il y ait de l’écoresponsabilité dans l’air ! Mais au fait, c’est quoi être écoresponsable ? Et comment le devient-on ?
Conseils
calendrier
Votre arrêt contraint et/ou forcé est (ENFIN) révolu et vous n’avez qu’une hâte : gambader de nouveau sur vos sentiers préférés. Mais est-ce vraiment trop demander que la réalité post-arrêt (autant dire, post-apocalyptique) soit à la hauteur de votre engouement ? (Bon, vous l’aurez compris, ce·cette traileur·euse en manque de trail, c’est vous.)
Conseils
pourquoioncourt
La question est simple. Pourtant, cela fait bien longtemps que vous ne vous l’êtes pas posée en toute franchise, en prenant le temps d’y réfléchir. C’est le moment, vous ne croyez pas ?
Conseils
LES 10 BONNES RÉSOLUTIONS DU TRAILEUR (INFO ET INTOX)
Dès le 1er des 366 jours de cette nouvelle année, vous étiez déjà plein·e de bonne volonté. Mais de la bonne volonté aux résolutions que vous ne tiendrez jamais, il n’y a qu’une foulée, pas vrai ?
Conseils
Parents et traileurs : comment font-ils?
Vous pensez qu’avoir des enfants n’est pas compatible avec le trail ? Vous êtes parent et traileur·euse et êtes curieux·euse de savoir comment cela se passe chez les autres ? On vous y emmène.
Conseils
LES GRANDES ÉTAPES QUI VOUS FONT PROGRESSER EN TRAIL
Le trail, vous y goûtez crescendo ou vous faites plutôt parti·e de la team impatiente (celle qui affole son compteur GPS à tout-va) ? Peu importe, dans les deux cas, il y a toujours une histoire de premières fois !
Conseils
Top 10 des mauvaises habitudes des traileurs
10 ans de pratique et vous êtes toujours ce jeune premier ? Vous réitérez vos erreurs de débutant à l'infini ? Ceci va vous intéresser, juste pour vous rassurer. Ou pas !
Conseils
QUAND CHANGER SES CHAUSSURES DE TRAIL ?
Dans cet article on vous explique comment vérifier l'état de vos chaussures de Trail running pour savoir quand les changer. On vous partage aussi quelques conseils pour allonger leur durée de vie.

Commentaires utilisateurs

4.75 / 5 4 commentaires
Répartitions des notes

Chez Decathlon, les avis sont fiables.

  • 19 novembre 2020

    Pour le nombre de fois où un bénévole m'a sauvé des mes combats contre moi-même. Les bénévoles sont l'âme du trail !

  • 22 octobre 2020

    Bell'articolo , mi è piaciuto e sicuramente darà più forza a coloro che aiutano a organizzare e rendono possibile, le gare di corsa, e di trail running.

  • 22 octobre 2020

    Belle initiative ! Remerciements des bénévoles !

  • 21 octobre 2020

    Merci pour ce joli témoignage sur les BENEVOLES , KALENJI

HAUT DE PAGE