Dix arguments pour convaincre des bienfaits de du running

(122) 28
Déposer un commentaire

Pas toujours simple de tordre le cou à certains clichés ! Par ignorance – ou simplement parce que ça les arrange –, les hommes et les femmes qui ne courent pas en viennent parfois à diaboliser la pratique du running. Peut-être n’est-il pas inutile de lister les dix arguments qui ne devraient pas faire débat.

 

1. Courir bonifie le capital santé

C’est l’argument n°1, celui qui doit ou devrait convaincre les plus sceptiques. En développant son endurance, le coureur améliore de manière souvent spectaculaire sa santé cardiovasculaire et réduit le risque de développer la plupart des cancers selon une étude réalisée sur 1,5 million d’hommes et de femmes et dont les résultats ont récemment été publiés dans la revue JAMA Internal Medicine. Vivre plus longtemps et en meilleure santé : le cadeau fait à tous les coureurs !

 

2. Courir crée les conditions d’une plus grande paix intérieure

Non, la course à pied n’est pas le sport de l’ennui. Tout le contraire même. Qu’il médite ou demeure concentré sur son effort, qu’il s’ouvre à son environnement immédiat ou visite les méandres de son existence, le coureur voyage au plus profond de lui-même. Et crée les conditions d’une plus grande paix intérieure.

 

3. Courir encourage un autre rapport au monde

A force, sans qu’ils en aient forcément conscience, les coureurs modifient la plupart de leurs comportements. Ils utilisent moins leur voiture (lorsqu’ils en possèdent une !), s’alimentent de manière plus équilibrée et élaborent un rapport différent au monde. Peut-être parce qu’ils dorment mieux, peut-être parce qu’ils sont plus apaisés, peut-être parce qu’ils sont plus équilibrés…

 

4. Courir n’est pas synonyme de blessure

Evidemment, les risques existent. La pratique du running impose des chocs et des contraintes au squelette ainsi qu’aux muscles et aux tendons. Mais le fait de courir régulièrement (et durant plusieurs décennies) n’est pas forcément synonyme de blessure. Surtout si certains fondamentaux sont respectés : qualité des chaussures, augmentation progressive du kilométrage, respect des phases de récupération et écoute de soi.

 

5. Courir est un formidable moyen de (re)gagner confiance en soi

La pratique régulière du running fait bouger les lignes. Physiquement et plus encore peut-être mentalement. Combien de blessures intimes guérissent en courant ? Combien d’équations a priori insolubles sont résolues en courant ? Combien de complexes d’infériorité sont vaincus en courant ?

 

6. Courir stimule le désir de dépassement

Pas nécessaire d’être marathonien. Pas davantage nécessaire de participer à des compétitions. Le désir de dépassement n’est pas toujours affaire de performance. Il se niche même souvent ailleurs : dans la durée des séances d’entraînement, dans la capacité à courir par tous les temps, dans le besoin de fuir la routine du quotidien.

 

7. Courir favorise de vraies rencontres

Effort individuel mais sport collectif : c’est ainsi que l’on peut résumer la manière dont un nombre sans cesse plus important de coureurs de tous niveaux pratiquent leur sport. Au cœur de l’effort, des liens uniques se créent qui enjambent tous les fossés sociaux ou culturels.

 

8. Courir n’est pas une drogue

Pas question de culpabiliser le besoin de courir. Et, non !, courir n’est pas une drogue. Personne ne devrait jamais avoir honte – ou être montré du doigt – pour son désir de voyager sur ses deux jambes. Sauf sans doute lorsque le corps autant que l’esprit réclament du repos. Pour le reste…

 

9. Courir redonne le sourire

Les coureurs le savent et devraient l’exprimer avec davantage de conviction : il suffit généralement d’un footing de 10km pour retrouver (si ce n’est le sourire) une bonne dose d’optimisme. Sans jamais passer par la case pharmacie !

 

10. Courir est avant tout un plaisir

Que celles et ceux qui en doutent prennent le temps de courir. Qu’ils acceptent de découvrir ce geste simple et pourtant mystérieux sans préjugés. Qu’ils acceptent la notion d’effort pour ensuite entrevoir la récompense. Oui, courir est avant tout un plaisir !

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Validez votre note
Rédiger un avis
Commentaires

Entièrement d'accord, je vais m'y remettre, avant je courrais 10 km 1fois par semaine, un vrai plaisir.


Je vote pour les points : 1/2/5/ et 6!!!!


Je cours 2 fois par semaine malgré mes douleurs du dos mais je ne peux m en passer, cela me fait du bien environ 45 mn voir 1h bien sur il faut s équiper de trés bonnes chaussures cela a un cout mais quand on aime on ne compte pas.


Courir fait découvrir sa région ou le monde d'une autre facon


Je cours regulierement depuis 7 ans. J ai 57 ans et Amsterdams le 16 octobre 2016 sera mon 10 ème marathons.

Au dela de voulour vivre plus vieux et en bonne santé quand on cours recherche le bien etre. Car courir ne nous rendra pas immortel et ne nous empêchera pas peut être de mourrir avant un fumeur.


C'est un très bon résumé,l'essentiel est de se faire plaisir et d'écouter son corps pour que l'esprit prenne les devants


Cela fait 33 ans que je cours ( 2 à 3 fois/ semaine), cela fait partie de mon équilibre, c'est une priorité dans mon planning hebdomadaire. Avec le temps,j'ai un peu plus mal aux articulations, mais j'ai changé ma façon de courir, le chrono n'est plus trop un objectif. J'alterne aussi avec le vélo (route et vtt) mais je n'ai pas la même sensation de bien-être après une séance de vélo. J'avoue que les idées les plus créatives que j'ai eues, sont venues lors des séances d'entraînement car elles me permettent de me détacher des soucis quotidiens.


d'accord avec les arguments. moi je cours pour le plaisir et me maintenir en forme.la course à pied a l'avantage de partir de chez soi, de choisir le parcours que l'on veut faire, le temps qu'on veut courir. la régularité est un facteur important et la motivation encore plus. on peut courir par tous les temps ou presque et surtout ne pas se trouver des excuses pour ne pas s'entraîner car on perd vite la forme en laissant passer plusieurs jours sans rien faire et l'adrénaline nous fait comprendre que le corps a besoin de se bouger et, de plus, en courant par tous les temps évite certaines allergies comme le rhume, à condition, bien entendu, de s'habiller en fonction du temps qu'il fait, pas toujours facile car on a vite chaud et ce n'est pas toujours évident. alors, à vos baskets, on est parti et bientôt, on est bien et on ne pense plus à rien sinon qu'à sentir le plaisir de courir, l'adrénaline agit déjà


C est vrai malheureusement j ai du arrêter pendant plus de six mois et maintenant j ai du mal à m y remettre , avant c étai jusqu à 7 à 8 tours de stade tous les dimanche matin ?

Dites moi comment reprendre sans souffrir2....

J attends votre réponse


Bonjour Michel,


La reprise est toujours difficile. Je vous conseille de reprendre très tranquillement et de ne pas vouloir retrouver trop vite votre niveau d'il y a 6 mois.

Par exemple, vous commencez par un demi-tour de stade marché et un demi-tour couru. La première fois, vous faites un tour, deux tours si vous le pouvez et vous essayez d'en faire un petit plus d'une semaine à l'autre.


Sportivement,


Samuel, Equipe Kalenji


Pages
HAUT DE PAGE