LA COURSE À PIED EST-ELLE MAUVAISE POUR LE DOS ?

On entend souvent dire que courir est assez mauvais pour le dos et que les impacts répétés « écrasent » nos vertèbres… Bonne excuse pour ne pas courir ou véritable bombe à retardement pour nos lombaires ? Nous avons posé à la question à un kinésithérapeute du sport pour y voir plus clair.

Quand on parle de dos en course à pied, on se concentre essentiellement sur la région lombaire qui est la partie la plus souvent touchée par les maux de dos chez le coureur.

D’un point de vue physiologique, le rachis lombaire est étroitement lié au bassin, lui même en rapport avec nos deux jambes, via l’articulation de la hanche. Le rachis lombaire a plusieurs fonctions : le maintien (posture, viscères via les abdominaux), la mobilité (bien que principalement en flexion-extension), l’amortissement ainsi que la transmission des forces.

Vous comprendrez donc qu’il est difficile de traiter le dos et uniquement le dos en course à pied puisque de nombreuses autres parties du corps sont impliquées dans les mouvements de ce sport, mais c’est ce que nous allons nous efforcer de faire ici.

 

course à pied et mal de dos

PEUT-ON COURIR QUAND ON A MAL AU DOS ?

Il est de plus en plus admis que l’arrêt complet des activités lors de douleurs lombaires semble ne pas être la solution. Comme dans toute pathologie, il y a évidemment une phase de repos à respecter quand la douleur est en phase aiguë. Ensuite, il faudra essayer de comprendre d’ou provient celle-ci pour la traiter efficacement.

Et c’est ici qu’il faudra nuancer les propos… Le risque le plus important est que ce problème de dos soit lié à un souci discal et, plus précisément, une hernie discale. Dans ce cas, consultez un médecin qui réalisera les examens nécessaires pour évaluer la gravité de l’atteinte.

Dans les autres cas, un traitement adapté devrait vous remettre sur pieds et vous permettre de reprendre la course à pied normalement.

Il faut ensuite essayer de comprendre d’ou provient la douleur. Comme toutes les structures du corps, le rachis lombaire possède un potentiel d’adaptation au delà duquel il ne pourra plus supporter la contrainte imposée. Le schéma ci-contre explique donc qu’au-delà d’une certaine quantité de stress imposée dans le temps, l’adaptation n’est plus possible et l’on crée des atteintes plus ou moins réversibles (différence entre un lumbago et une hernie discale par exemple).

Ce schéma montre que nous avons tous une capacité d’adaptation et que si celle-ci est respectée, on diminue le risque de blessures. Ce postulat est bien sûr valable pour toutes les structures du corps.

* source schéma : LOMBALGIE ET SPORT. Article écrit pour Kinéactu,n°1395 / Jeudi 5 mars 2015, paru sur le site kinésport.

 

PEUT-ON PRÉVENIR LES BLESSURES DU DOS EN COURSE À PIED ?

Nous avons vu que le rachis lombaire avait un rôle à jouer dans la mobilité, il est donc nécessaire d’entretenir ces mobilités articulaires et ce, grâce aux incontournables étirements. Plusieurs groupes musculaires sont à étirer car directement connectés au dos : les ischio-jambiers (muscles à l’arrière de la cuisse), les adducteurs (à l’intérieur), les fessiers (à l’extérieur) et les quadriceps (à l’avant de la cuisse).

Il est important d’ajouter à ces muscles le carré des lombes (placé au niveau des flancs), le muscle ilio-psoas (dans la continuité du quadriceps), les mollets… tous en lien avec notre dos et les contractures qu’il peut subir.

Rappelez-vous, le rachis lombaire a également un rôle de maintien que vous pouvez améliorer en réalisant des exercices ciblés de gainage. Faites-vous conseiller, par un masseur-kinésithérapeute notamment, avant de commencer ce genre d’exercices car il est très facile de les réaliser dans une mauvaise position, ce qui aura tendance à entretenir la faiblesse plutôt que la renforcer.

A cette occasion, le kiné pourra aussi vérifier qu’il n’y a pas de dérèglement au niveau articulaire (bassin, hanche, genou…) ou encore au niveau viscéral, des fascias… Une analyse de foulée peut également s’avérer nécessaire si les problèmes persistent…

 

En bref, la course à pied est un formidable moyen de se maintenir en forme mais il est essentiel de la pratiquer de manière réfléchie. Elle est aussi rarement la seule responsable des problèmes liés au dos. Un corps en forme sera plus performant en course à pied et dans la vie de tous les jours, nous sommes faits pour bouger il ne faut donc pas s’en priver !

Matthieu Almoyner

Cet article a été co-écrit par Matthieu Almoyner, masseur-kinésithérapeute du sport

DÉCOUVREZ NOS CONSEILS BIEN-ÊTRE SUR LA COURSE À PIED

Commentaires utilisateurs

5 / 5 2 commentaires
Répartitions des notes

Chez Decathlon, les avis sont fiables.

  • 18 octobre 2018

    A 25 ans et après 3 mois de douleurs, j'ai été opérée d'une hernie discale lombaire L5-S1.
    Après 4 mois de rééducation avec une kiné, comprenant des exercices de renforcement musculaire et beaucoup de gainage, j'ai repris la course à pied (j'ai eu l'autorisation de ma kinésithérapeute); je ne me suis jamais sentie aussi bien ! Merci pour ce très bon article qui casse les préjugés et les "on dit". Vous avez mal au dos ? Bougez, le canapé est votre ennemi ! Mon prochain objectif : faire un 10km en 2019 !

  • Homme
    60 ans ou plus
    28 mai 2018

    je cours depuis plus de 40 ans, j'ai participé à de nombreuses courses en alsace,5-6 fois les vingt km de Paris,25km de Berlin, et d'autres, je suis V4 et je ne fait plus que des trails. à raison de 2fois 2h par semaine. Vos conseils sont utiles aux débutants.

HAUT DE PAGE