Courir en musique : l’option plaisir

(2) 8
Déposer un commentaire


Désir d’évasion, besoin de motivation : selon certaines études, plus des trois quarts des Français courent en musique. Par-delà la dimension plaisir qui s’y attache, l’option musicale doit cependant s’accompagner de certaines précautions.

 

Plaisir ET performance

Court-on plus vite et plus longtemps en écoutant de la musique ? Certains scientifiques l’assurent. Le professeur Costas Karageorghis, universitaire britannique respecté, parle d’une amélioration des performances de 15%. 

Explication : la musique masque la perception de l’effort et jusqu’à la douleur engendrée par des séances d’entraînement particulièrement intenses. Une étude anglaise a par ailleurs montré qu’un cycliste économisait 7% d’oxygène lorsqu’il effectuait un effort sur home trainer avec de la musique. 

 

Attention à l’addiction

Nombreux sont les coureurs qui programment leur “playlist” en fonction de leur humeur ou de la nature de la séance à venir. Ils ajoutent ainsi une composante ludique voire festive à l’entraînement mais prennent le risque de ne plus pouvoir se passer de leurs couplets et refrains préférés.  

 

Judicieux de couper le son : 

- Lors d’une séance en groupe. Le port d’écouteurs est alors (plutôt) à proscrire. Il isole en effet des autres coureurs même si le volume sonore est réduit et empêche – ce qui n’a rien de très poli ni amical ! – d’entendre les conversations et d’y prendre part. 

- Lors d’une compétition. Il est préférable de s’imprégner de l’ambiance régnant sur le parcours, d’entendre les encouragements des spectateurs ou les consignes données par les organisateurs et d’éviter de “polluer” l’effort avec une source musicale.

 

Rester à l’écoute de son environnement

Le reproche le plus fréquemment formulé par les pourfendeurs du running en musique est le suivant : la musique, particulièrement lorsque le volume sonore est poussé, isole de l’environnement immédiat. Les bruits de la circulation et l’imminence d’un danger sont effacés ou modifiés. Il est impérativement conseillé aux femmes courant seules dans des zones peu fréquentées de rester à l’affût d’une possible agression et de s’entraîner sans écouter de musique.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Validez votre note
Rédiger un avis
Commentaires

c'est pour cela que j'ai mon grand chien > musique + mon body garde (tj motivé) = plus de motivation


Il est impérativement conseillé de ne pas agresser les femmes courant tranquillement seules dans des zones peu fréquentées, même si elles écoutent leur musique !


Moi je cours toujours en musique !


J'ai ma solution, je courre en campagne donc en zone isolée j'emmène donc mon malinois avec moi qui est ravi ! Donc pas besoin de musique, il est tellement vif que je suis obligée de le surveiller et lui me surveille : alors on se complète !


pas vraiment féru des séances d'entrainement en musique


Cela fait 2 ans que G cousu une poche pour mettre ephone sur la poitrine et pouvoir écouter le haut parleur sans écouteurs: je ne comprends pas kil ni à pa encore de maillot avec poche zippé devant pour vtt ou jogging


tres ingenieux trop genial


très sympa cette pochette "musicale"!! j'ai la version sans écouteur intégré et je le trouve déjà TOP pour mes sorties run mais aussi mes sorties vélo !! un prochain investissement , quiq sait !! merci pour l'info !! =)


HAUT DE PAGE