QUAND CHANGER SES CHAUSSURES DE TRAIL ?

CONSEILS PRATIQUES POUR UNE HYDRATATION ET UNE COURSE AU TOP

Le petit souci d’hydratation qui vient remettre en question l’issue d’une course (longuement préparée et rêvée, soit dit en passant…), vous connaissez ? Il est probable que votre réponse soit oui, malheureusement. Et si nous vous disions que chaque problème a sa solution pourvu qu’on anticipe le premier, et qu’on connaisse la seconde ? On vous voit courir à toutes jambes. Vous vous apprêtez à ne faire qu’une bouchée de cet article conseils, que dis-je ? À n’en faire qu’une gorgée !

LE GOÛT DE PLASTIQUE DANS LES FLASQUES ET POCHES À EAU... VADE RETRO SATANAS !

Ce premier conseil risque fort de faire des heureux·ses. En effet, ce fameux goût de plastique, vous ne le connaissez que trop bien. Rien que l’évoquer, vous l’avez en bouche en ce moment. Beurk ! D’ailleurs, cela tombe bien qu’on en parle car vous venez tout juste de vous acheter des nouvelles flasques, à contrecoeur. Les anciennes sont percées, maintes fois rafistolées (oui, oui, on vous connaît). Elles ont rendu l’âme. Zut, vous aviez pourtant presque réussi à faire s’en aller leur affreux goût de plastique. Et vous voilà avec des flasques flambant neuves, aromatisées… Au plastique ! Pas de panique. Aujourd’hui, votre vie va changer. À l’achat, une fois à la maison, ne traînez pas. Le rituel qui suit doit être pratiqué au plus vite, et réitéré avec autant de soin après chaque utilisation :

flasque

- Dévissez le bouchon de votre flasque ainsi que sa tétine, puis nettoyez l’ensemble de fond en comble à l’eau claire. À l’aide d’un goupillon, frottez bien (pas trop fort, quand même) l’intérieur de votre flasque. Cette première étape vise à éliminer les bactéries, les saletés, et les résidus de boisson isotonique, de grenadine, ou autre.

- Faites parfaitement sécher tous les éléments de votre flasque, vous allez comprendre pourquoi tout de suite.

- Voilà, vous n’avez pas attendu longtemps ! Si nous insistons sur le séchage de votre matériel, c’est parce que vous allez ensuite déposer la flasque (sans la tétine!)... Dans votre congélateur ! Or, ce ne sont pas des glaces à l’eau pour les enfants que l’on souhaite préparer. D’où l’importance d’avoir une flasque sèche.

Vous faites désormais partie du cercle très fermé des traileur·euses connaissant le secret qui permet de bannir LE goût de plastique. Alors, bienvenue au club !

LES PROBLÈMES DE FUITE, NON MERCI !

Vous souvenez-vous du garçon* paniqué qui, dimanche dernier, à trente minutes du départ, est venu toquer aux fenêtres de toutes les voitures du parking ? Le pauvre ne venait pas quémander des épingles à nourrice. Il s’était simplement rendu compte que sa flasque était percée. J’espère que vous n’en ferez pas des cauchemars cette nuit, car il s’agit bien d’une idée qui pourrait vous en faire naître. Mais ne vous inquiétez pas, ce qu’il faut dire, c’est que Nico (nous allons le nommer Nico) aurait très bien pu éviter ce genre de stress de pré-départ. S’il avait un tant soit peu fait preuve d’organisation, Nico aurait rempli sa flasque la veille et aurait ainsi pu observer le minuscule trou qui risquait de lui fermer les portes de la sérénité en course. Si Nico s’était également montré précautionneux, il aurait pris plusieurs flasques avec lui le jour J. Au cas où une épingle à nourrice déciderait de malencontreusement venir se planter dans l’une de ses flasques au cours du trajet qui le mènerait au départ. Oui, Nico a déconné là.

 

Et puisqu’il n’y a que cela qui vous intéresse, sachez que l’issue de cette rocambolesque histoire est heureuse. Nico a trouvé flasque à son sac.

 

*Oui, cela n’arrive pas souvent aux filles messieurs, la faute à leur minorité dans la discipline, bien entendu. Loin de moi l’idée d’émettre des sous-entendus !

UNE PETITE BULLE D'AIR ? OUI, MAIS PAS DANS VOS FLASQUES !

Je suis vraiment désolée, mais pour palier aux imprévus, il va falloir vous remémorer quelques mauvais souvenirs.

Je parle de toutes les fois où, à la sortie du ravito, l’un·e de vos compagnon·gnes de course fut à l’origine du “ floc, floc ” le plus terrible qui soit. Un “ floc, floc ” à vous donner envie de ne pas interpeller le·a porteur·euse d’eau lorsque vous l’apercevez s’éloigner du balisage. Un “ floc, floc ” faisant resurgir votre instinct de survie. Et ça, on dit non ! Dans l’intérêt de tous·tes, et afin de conserver le caractère jovial qui vous sied tant, partagez les conseils suivants aux concerné·es:

- Remplissez votre récipient (flasque ou poche à eau).

- Vissez le bouchon de votre flasque, ou fermez votre poche à eau en faisant glisser la baguette d’étanchéité.

- Retournez votre contenant. Autrement dit, mettez-lui la tête à l’envers.

- Aspirez l’air, sans l’avaler, si possible.

La recette du bonheur en quatre étapes.

COMMENT PLACER UNE POCHE À EAU DANS VOTRE SAC DE TRAIL ?

Avez-vous déjà eu l’impression d’être un Donatello avec votre bandeau sur les oreilles et votre poche à eau pleine à craquer dans le dos ? C’est bien possible. Sauf que Donatello possède, lui, une belle carapace bien ronde, tandis que la vôtre semble légèrement… Difforme ? Pas de panique les ninjas, nous vous dévoilons le secret de carapace des quatre frères :

crochet

- Disposez la poche à eau à l’arrière de votre sac de trail.

- Verrouillez le crochet (situé en haut de la poche arrière de votre sac), dans l’espace prévu à cet effet sur la barre d’étanchéité de votre poche à eau.

Vous êtes à même d’arpenter les égouts… Euh, non, les sentiers ! Cowabunga !

DÉGAZER VOS FLASQUES ET POCHES À EAU : UNE QUESTION DE SURVIE

Le dégazage, vous n’en avez peut-être jamais entendu parler. Mais parce qu’il vaut mieux prévenir que guérir, sachez à quoi vous attendre si jamais vous décidiez de ne pas prêter un œil attentif à ce qui va suivre.

C’est l’histoire d’un mec, un monument du trail dont nous tairons le nom. C’est l’histoire d’un mec, qui se bataille la victoire avec le second lors d’une course. C’est l’histoire des ami·es de ce mec, en mode assistance ce jour-là. Ces dernier·ères, ne sachant ce que leur champion souhaitait boire, avaient pris soin de lui concocter un ravitaillement de choix. C’est l’histoire d’un mec, qui attrape une flasque de boisson gazeuse, car c’est ce dont il a envie à ce moment-là. C’est l’histoire d’un mec qui presse la tétine avec ses dents, n’attendant que de se rafraîchir. C’est l’histoire d’une flasque dans laquelle le gaz de la boisson est toujours présent, et bientôt absorbé par le mec en question. C’est l’histoire d’un mec qui a vécu une remontée de gaz dans son œsophage, en pleine course. Aïe ! C’est l’histoire des ami·es de ce mec qui se demandent encore pourquoi ils n’ont pas légèrement pincé la tétine de cette flasque avec leurs doigts, afin de la dégazer avant de la tendre à leur champion. Maintenant, ils·elles n’oublient plus de la faire.

Et rassurez-vous, ce mec et son assistance de choc sont toujours amis aujourd’hui !

LE GOBELET COMPACTABLE, CHAQUE CHOSE À SA PLACE

En tant que traileur·euse et de surcroît, amoureux·euse de la nature que vous êtes, votre conscience environnementale est certainement bien en éveil. Vous n’êtes pas sans savoir que de plus en plus d’organisations demandent, en amont, aux participant·es d’emmener leur propre gobelet compactable en course afin de supprimer les gobelets jetables des tables de ravitaillement. Et c’est tant mieux. Alors, deux questions d’ordre logistique se posent :

- Quel gobelet pliable choisir ?

- Comment le transporter sans que cela vous gêne ?

Évidemment, nous avons les réponses (ou sinon, nous serions sacrément taquins).

Concernant le gobelet pliable, il est évident que pour des problématiques d’espace et de praticité, nous vous déconseillons d’utiliser le gobelet floqué façon fée que votre fille emporte à l’école maternelle pour son quatre-heures. Nous préférons vous orienter vers notre gobelet compactable façon accordéon, quoique bien moins stylée que celle de votre fille.

Pour ce qui est du transport de votre gobelet compactable, vous pouvez facilement le glisser dans nos shorts, jupes, et collants, qui sont tous des produits de portage (bon, il serait inapproprié de notre part de nous auto-jeter des fleurs… Car en réalité, ce sont vos suggestions qui nous ont inspiré·es. Question fleurs, on vous les renvoie).

Mais ce n’est pas tout ! Pour vous éviter de partir en quête d’une âme charitable acceptant d’ouvrir pour vous la poche arrière de votre sac de trail, afin de vous tendre votre gobelet (le simple fait de lire cette longue phrase vous a déjà fatigué. Trop d’effort pour une simple action !). Vous pouvez choisir de disposer votre gobelet rétractable dans le filet situé sous les sangles de réglage de votre sac. Vous voyez, être autonome, écolo, efficace, ce n’est vraiment pas grand chose ! Il ne vous reste plus qu’à courir, maintenant.

GÉRER LE FLUX DE VOTRE PAILLE, OU COMMENT PRENDRE VOTRE DESTIN EN MAIN

Le saviez-vous ? L’ingénieux système ON/OFF dont sont dotés le tube d’absorption de votre poche à eau, et la tétine de votre flasque, n’est pas là pour faire joli. En course, chaque goutte compte, et vous le savez mieux que quiconque. On vous entend d’ici compter combien de gorgées vous allez encore pouvoir ingurgiter, à raison d’une tous les trois kilomètres, sachant qu’il vous en reste quinze à parcourir et que vous avez décidé de faire l’impasse sur le dernier ravito pour rester avec Jean-François (mais ça, c’est un autre débat).

Imaginez votre effroi, lorsque vos bâtons repliés, que vous aviez niché sur votre torse, sont venus presser la tétine de votre flasque par accident. C’est malin, vous avez de la grenadine partout maintenant. Mais surtout, vous venez de perdre une précieuse gorgée. Allez garder votre calme après ça, vous…

Heureusement, la scène décrite n’est qu’un vilain cauchemar d’avant-course. Et cette mésaventure ne risque pas de vous arriver car vous possédez le fameux système ON/OFF. Ainsi, vous n'ouvrez la tétine de votre flasque ou le flux de votre tube d'absorption que pour boire et les refermez aussitôt. Ouf alors ! Vous êtes sauvé·e.

 

Le petit + : Nos sacs de trail sont équipés d'un support vous permettant de venir plugger le tube d’absorption de votre poche à eau aux niveaux des épaules.

Vous voilà fin prêt·e, vous n’avez plus d’excuse pour ne pas vous inscrire au trail qui vous fait rêver, et surtout pour le terminer fièrement et sans encombre ! Et de vous à nous : n’oubliez pas de boire.
manon
Manon

Fille, sœur, et compagne de cyclistes. Traileuse* élevée en plein air, à l'école du sport. Particule ultra* en cours d'acquisition. Marathonienne et championne de France Junior 2013 du 10 000 mètres marche athlétique. Mordue d'histoires de sportif·ves.

Conseils
Top 10 des mauvaises habitudes des traileurs
10 ans de pratique et vous êtes toujours ce jeune premier ? Vous réitérez vos erreurs de débutant à l'infini ? Ceci va vous intéresser, juste pour vous rassurer. Ou pas !

Commentaires utilisateurs

4.5 / 5 2 commentaires
Répartitions des notes

Chez Decathlon, les avis sont fiables.

  • 24 avril 2019

    Bonjour, je pratique l'ultra trail et j'ai acquis un sac décathlon avec les deux flasques sur le devant. Je galère et le mot est faible lorsque je veux mettre mes flasques dans les poches une fois remplies.......existe-t-il une technique qui permette de ne pas passer un temps fou à les "rentrer".
    Merci
    Sportivement
    Jean-Marc

  • 24 avril 2019

    Merci pour ces très précieux rappels et conseils;(excellentes présentations de coach...a ne pas oublier)

HAUT DE PAGE