COMMENT S'ÉQUIPER POUR DÉBUTER EN TRAIL ?

La pratique du running sur sentiers séduit chaque jour de nouveaux pratiquants. Courir en pleine nature est en effet une garantie de sensations inédites. Attention toutefois de veiller à la qualité de l’équipement pour ne pas connaître de sérieuses mésaventures…

Tous les trailers expérimentés le valident mordicus : il faut savoir faire preuve de prudence dans son approche du running en nature et ne pas oser d’emblée les parcours trop techniques. Il faut aussi et peut-être surtout s’équiper en fonction de l’effort (ou même de la simple balade) à venir.

LES CHAUSSURES

C’est évidemment le point le plus important de l’équipement trail ! Optez pour des chaussures dans lesquelles vous vous sentez d’emblée à votre aise et qui respectent les caractéristiques de votre foulée.

Plusieurs éléments sont à surveiller :

- L’accroche : vous souhaitez avoir sous les pieds une semelle qui adhère même et surtout sur sols humides.

- La protection : important de se protéger des pierres ou des racines grâce à une vraie chaussure typée trail.

- La pointure : il est généralement admis de choisir une taille supérieure au modèle route pour négocier les descentes sans douleurs au niveau des orteils.

- La légèreté : elle est moins importante que sur route. Faites confiance à une chaussure offrant une totale stabilité.

 

LES VÊTEMENTS

On ne court évidemment pas sur des sentiers de montagne escarpés comme sur des routes parfaitement balisées ! Votre garde-robe trail doit comporter certains éléments d’équipement assurant confort et sécurité.

Indispensable :

- Un T-shirt et une polaire techniques. L’entraînement et les compétitions trail imposent généralement des sorties de plusieurs heures. Il faut être à son aise par temps chaud mais aussi en cas de fraîcheur.

- Un coupe-vent. Gardez toujours à l’esprit que les conditions météo peuvent changer rapidement (surtout si vous évoluez en montagne). Enroulé très finement autour de la taille ou plié dans le sac à dos, le coupe-vent est une garantie contre les intempéries imprévues. Il peut aussi s’avérer particulièrement utile en cas d’accident du type entorse contraignant à attendre des secours.

- Un cuissard ou un collant (en fonction des saisons). Evitez les shorts de running courts et ventilés – généralement portés par les marathoniens – qui ne protègent pas des possibles contacts avec des ronces.

 

A envisager :

- Le port d’un bonnet et de gants est conseillé par temps froid. Optez pour une casquette lorsque le soleil brille généreusement.

- Les manchons de compression. Ils peuvent à la fois protéger des griffures et autres piqûres. Ils peuvent aussi jouer un rôle dans la prévention des crampes.

Ne pas se fier au terme « accessoires ». Une pratique raisonnée du trail nécessite de s’équiper de manière méticuleuse. Les organisateurs de courses imposent d’ailleurs plusieurs de ces accessoires (qui sont en réalité des musts).

- Le sac à dos. Indispensable ! Il doit permettre de loger deux bidons mais aussi de caser des barres énergétiques ou des ravitaillements solides ainsi que le coupe-vent.

- Un téléphone portable. Pour prévenir ses proches ou d’éventuels secours en cas de pépin (vérifier en amont de la sortie d’entraînement que la batterie du téléphone est correctement chargée).

- Une lampe frontale. Evidemment indispensable lorsque l’entraînement se déroule (en totalité ou en partie) sous une luminosité aléatoire.

- Un chronomètre ou une montre GPS. Important pour apprécier convenablement le temps d’effort. Attention, la notion de progressivité est au moins aussi importante en trail que sur route.

 

DÉCOUVREZ NOS CONSEILS SUR LE TRAIL
Conseils
comment_descendre_en_trail
La descente est probablement l’effort le plus difficile en trail. Mais il existe quelques techniques pour progresser dans cet exercice.
4.00 / 5 1 commentaire

Commentaires utilisateurs

4 / 5 1 commentaire
Répartitions des notes

Chez Decathlon, les avis sont fiables.

  • Homme
    50-59 ans
    13 avril 2018

    Je me permets ces quelques suggestions liees a la pratique ete comme hiver, en France comme en Norvege:

    Envisager les elements suivants:

    - Avoir un minimum dans son sac a dos, on peut se deplacer sur des sentiers tres peu frequentes et sans couverture telephonique. En ce cas, une trousse de premiers secours avec couverture se survie peut être utile (obligatoire sur la Barjo par exemple). En ete aspivenin, eau oxygenee, ect.

    - Se souvenir de laisser son itineraire a sa famille et de convenir d'une prise de contact passe un certain delais. (passe deux, trois heures, 5 heures ou plus en fonction du terrain et de la distance). Ne jamais s'eloigner du parcours donne avant son depart.

    - Hors competiton encadree, ne jamais courir en foret de nuit sur des sentiers que l'on connait mal, encore moins par nuit et brouillard.

    - En hiver, prevoir des vetements de rechange dans le sac a dos pour se rechauffer en cas de foulure ou de fracture (important pour les trails hivernaux en montagne ou en milieu de type arctique, la neige sur le sentier emprunte est dure, sur le cote on peut en revanche s'enfoncer de 30, 50 ou 74 cm et fouler ou casse une cheville en fonction de la vitesse, de notre poids et de la violence de la torsion. Inutile de courir tres loin pour se retrouver seul et immobilise dans le froid avec trop peu de vêtements pour survivre a cette situation inattendue.

    - Enfin, il n'y a aucune honte a faire demi-tour plutôt que se mettre en danger. Courir est un plaisir et doit le rester.

    Notre réponse :

    Bonjour Jean-François,

    Merci pour toutes ces précisions, intéressantes et pertinentes !

    Bonne journée,

    Berangere

    jean-Francois a trouvé cette réponse satisfaisante

HAUT DE PAGE