Comment rester motivé quand on ne progresse plus ?

(22) 5
Déposer un commentaire

Pas toujours simple de demeurer un coureur actif et épanoui lorsque les progrès ne sont plus au rendez-vous. En faisant preuve d’imagination et d’humilité, le plaisir peut et doit conserver la place n°1 dans la pratique du running.

 

Savoir aborder les sujets importants

Mauvaises sensations à l’entraînement et/ou mauvais chronos en compétition : il est important de tenir compte de plusieurs facteurs avant de s’alarmer :

1. L’état de fatigue général.
2. La difficulté à maintenir le kilométrage habituel.

3. Le total de compétitions courues lors du semestre écoulé.
4. La situation familiale et professionnelle.

 

D’autres facteurs sont susceptibles de jouer un rôle dans la stagnation voire la baisse de la performance. A vous de dresser la liste aussi exhaustive que possible des sujets qui peuvent fâcher. Et de le faire en toute franchise, sans timidité ni sentiment de culpabilité. Parfois, la régression (ou le sentiment de régresser) est simplement la conséquence d’une lassitude psychologique liée à une situation personnelle chamboulée ou agitée. Les coureurs ne sont pas des robots !

 

Et dresser un bilan objectif…

1. Fatigue générale. Difficile de progresser ou même de conserver son niveau running si l’état de fatigue s’impose d’emblée comme un frein à un entraînement de qualité. Une fatigue installée et prolongée peut avoir de nombreuses causes. Il est souhaitable de consulter son généraliste si le sentiment de manquer d’énergie perdure pour vérifier que l’on ne « couve » pas un épisode infectieux. Un bilan sanguin pouvant également s’avérer judicieux.

2. Difficulté à réaliser le kilométrage habituel. Posez-vous la question : votre kilométrage est-il difficile à maintenir en raison du manque de plaisir que vous prenez à courir ? Si la réponse est oui, c’est peut-être le signe d’une lassitude face à des efforts similaires répétés sur des parcours toujours identiques. Un coureur se doit de rester imaginatif dans la déclinaison de son entraînement. Et une baisse de kilométrage n’est pas forcément une mauvaise nouvelle. Surtout lorsqu’elle s’accompagne de séances de natation, de vélo ou même de plages de vrai repos.

3. Total de compétitions courues lors du semestre écoulé. Il n’est pas étonnant de perdre en motivation lorsque des efforts importants – pas toujours couronnés par les chronos espérés – s’accumulent lors d’une même saison. Il faut savoir prendre le temps de récupérer physiquement et mentalement avant de dresser un diagnostic négatif. Et envisager d’autres pistes de préparation.
4. Situation familiale et professionnelle. Difficile pour ne pas dire impossible de rester concentré sur son entraînement lorsque les ennuis ou contrariétés s’accumulent à la maison ou au boulot. Tout excès de stress est néfaste à la performance. Il faut savoir faire preuve de patience et surtout donner leur vraie place à chaque chose. Vous n’êtes pas un pro. Logique que votre vie de famille ou votre carrière professionnelle soient plus importantes que vos performances de coureur à pied.


Vivre la passion de courir au-delà de la notion de records personnels !

Le jour vient toujours où le temps fait son œuvre. Pourquoi un coureur, aussi assidu et consciencieux soit-il, échapperait-il à une inévitable baisse de ses performances ? Heureux celles et ceux qui ont pu vivre leur passion du running sans être gênés pas des blessures à répétition. Il faut savoir reconnaître qu’un plateau de performance a été atteint. Qu’il est impossible de dépasser ou même de maintenir. Reconnaître aussi, surtout après 50 ans, que le corps ne peut plus tolérer des efforts aussi soutenus.

 

Baisse de la VMA, rendement musculaire moins important et jusqu’à une certaine souplesse qui progressivement fait défaut : à chacune et chacun de savoir accepter l’idée du déclin. Et de trouver la meilleure parade pour le gérer. En conservant toujours à l’esprit que le plaisir pris à courir est finalement autrement plus important que les secondes ou les minutes perdues sur une distance…

 

Adopter de nouveaux parcours d’entraînement et s’essayer à de nouvelles distances en compétition : deux manières simples et généralement efficaces de tordre le cou à un manque de motivation lié à des performances déclinantes…

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Validez votre note
Rédiger un avis
Commentaires

J AI 55 ANS MA MOTIVATION EST DE PROGRESSER A CHAQUE ENTRAINEMENTS OU COMPETITIONS ET J I ARRIVE AVEC BEAUCOUP DE VOLONTEE C EST MA NATURE

J OUBLI MAIS SOUCIS MAIS TRACACS QUOTIDIEN .COURIR A PLUSIEUR C EST PLUS MOTIVANT UNE ASSOS CE MONTE A CAUFFRY POURQUOI PAS AVEC VOUS


j ai 52 j'ai repris le sport il y a 2 ans maintenant après 25 sans sport à part un peu de marche et des randos cool .

j avais pris également 20kms, j ai vraiment eu du mal les 3ers mois ,j étais content la 1ere ou j'ai réussi à faire seulement 5.300 sans pose en environ 30minutes . maintenant je fais 10 kms600 en 55 minutes et 16.900 en 1h20

je ne vais pas très vite , je change assez souvent d endroit ,j ai 4 circuits

que je fais 3 à 5 fois par semaine .mais les journée sont de plus en plus courte . avant j allais courir à 6h45 maintenant 7h30 . avant de partir au travail

j ai aussi pris un chien cela aide pour se motiver c'est un berger allemand.

depuis j ai perdu 18 kgs, j ai aussi changer mon alimentation , moins de viande + de poisson et légumes.je fais également 30 minutes vélo 2 à3 fois par semaine.

puis le plaisir de croiser d'autres sportif du dimanche comme moi ou des plus professionnel . bonne course à tout le monde puis un bonjour un sourire quand vous croisez quelqu'un cela est plus sympa pas la peine de se la pêter !!!


Ces informations sont très utiles et rassurantes car effectivement en courant chaque, on peut noter parfois que l'on se force à l'entrainement mais parfois sans motivation. De ce fait, on réduit sa vitesse et on se lasse de courir. Pourtant cela fait du bien. Je pense qu'il fut alterner avec d'autres disciplines sportives.


Tout à fait d'accord sur l'analyse de la baisse de motivation


On peut aussi essayer de varier les rythmes de course sur un même parcours , ou d'associer des exercices de musculation à poids de corps pendant les séances , ou de s'entrainer à plusieurs avec un "meneur" qui change régulièrement , ou de faire du "bike and run" ( 1 en vtt et l'autre à pied qui changent régulièrement )sur terrain varié et accidanté car celui en vtt n'est pas forcément avantagé et conserve en général un bon rythme cardiaque , ...bref la variété et le plaisir !!


Bien car j'en suis passe par ces etapes


HAUT DE PAGE