dropbas

CE QU'IL FAUT SAVOIR AVANT DE CHANGER DE DROP

Si le milieu du trail (et de la course à pied en général) ne s’intéressait que très peu au drop il y a encore quelques années, ce sujet est aujourd’hui “tendance”. Le faible drop intrigue en effet de plus en plus de coureur·euses en quête d’une foulée plus économe et plus naturelle. Cette remise en question, aussi louable et intéressante soit-elle, est-elle aussi facile à mettre en place ? Quelles sont les conséquences sur le corps du·de la traileur·euse lorsqu’il·elle passe d’un drop haut à un drop bas ? Qu’avons-nous mis en place chez Evadict pour répondre aux attentes des sportif·ves souhaitant s’essayer au faible drop en toute sécurité, et/ou s’y convertir pour de bon ? Dans cet article, nous avons synthétisé les réponses à vos interrogations… Et bien plus encore !

C'EST QUOI LE DROP ?

Le drop désigne la différence de hauteur entre l’arrière et l’avant d’une chaussure. Ainsi, une paire de talons aiguilles possède un drop haut car l’arrière de la chaussure est largement surélevé par rapport à l'avant. Au contraire, lorsque vous êtes pieds nus, en chaussures compensées plates, ou en tongues, le drop est nul puisque l’avant du pied et le talon sont exactement au même niveau. 

Concernant les chaussures de course à pied, le drop moyen est de 12 mm. À savoir que plus le drop d’une paire de chaussures est élevé, plus la personne qui la porte aura tendance à attaquer le sol avec le talon. Or, cette foulée que les chaussures au drop haut nous incite à avoir n’est pas du tout naturelle : essayez donc de courir pieds nus dans le sable ou dans l’herbe, vous noterez tout de suite que c’est sur l’avant-pied ou le médio-pied que vous courrez, et non sur le talon. On comprend mieux l’intérêt croissant des traileur·euses, amoureux·euses de la nature, pour ce fameux faible drop aidant le pied à se rapprocher davantage de sa foulée, justement, naturelle...

3 QUESTIONS QUE VOUS VOUS POSEZ PEUT-ÊTRE SUR LE PASSAGE D'UN DROP HAUT À UN DROP BAS

1. Que se passe-t-il musculairement lorsqu’on effectue la transition entre un drop haut et un drop bas ?

Tout d’abord, il est important de rappeler qu’un drop haut incite à courir sur le talon, alors qu’un drop bas incite à courir sur l’avant-pied ou le médio-pied. En revanche, un drop ne peut en aucun cas modifier une foulée à lui seul, il incite seulement le·a coureur·euse à courir d’une certaine manière (et encore, à condition que ce·tte dernier·ère veuille bien courir de cette façon-là). La foulée appartient au·à la traileur·euse, pas au drop. Ainsi, un·e coureur·euse peut très bien courir sur l’avant-pied ou le médio-pied avec un drop haut, ou courir sur le talon avec un drop bas (même si cela semble contre-productif puisque la foulée évolue alors à l’inverse de ce que le drop l’incite à effectuer).

Pour celles et ceux qui ont pour habitude de courir avec un drop haut (et amorti) en attaquant avec le talon, et qui souhaiteraient courir avec un drop plus bas (et moins d’amorti) sur l’avant-pied ou le médio-pied, il est évident que les muscles ne seront pas sollicités de la même façon. Un faible drop couplé à un faible amorti a en effet tendance à étirer davantage les tendons d’Achille, les mollets, et les muscles des jambes en général puisque c’est le corps qui devient alors l’amortisseur principal (et non plus la chaussure). 

2. Comment passer d’un grand drop à un faible drop en toute sécurité ?

À l’image d’une personne qui commence à courir, vous devez, vous, réapprendre à courir. Aussi, il est essentiel d’habituer progressivement vos muscles à la pratique du trail avec un faible drop (et un faible amorti). Vous pouvez, par exemple, réduire petit à petit le drop avec lequel vous courez, ou encore partager vos entraînements en deux temps en réalisant l’échauffement avec vos chaussures au drop bas, puis votre séance spécifique avec vos chaussures habituelles. En procédant ainsi, vous enregistrez la mécanique de la foulée forefoot (avant-pied) ou midfoot (médio-pied) avec le drop bas lors de la phase d’échauffement, et pouvez ensuite tenter de conserver cette foulée avec vos chaussures habituelles lors des premières minutes de votre séance spécifique. 

3. La foulée est-elle plus efficace avec un faible drop ? 

Il est vrai qu’à mesure que le drop baisse et se rapproche du drop zéro, cela vous incite à vous rapprocher de votre foulée naturelle (celle que vous avez lorsque vous courez pieds nus), donc avant-pied ou médio-pied. Mais ne croyez pas pour autant qu’en réduisant votre drop, votre foulée deviendra automatiquement avant-pied ou médio-pied. Comme nous l’avons dit précédemment, si le drop bas incite à la foulée forefoot ou midfoot, il ne la réalise cependant pas à votre place. Le drop est un outil, c’est vous qui êtes aux commandes.

3 QUESTIONS QUE VOUS VOUS POSEZ PEUT-ÊTRE SUR LA FOULÉE NATURELLE

1. Est-ce que drop bas est égal à foulée naturelle ?

Le drop zéro d’un pied nu est effectivement celui avec lequel vous pouvez courir avec votre foulée naturelle. Le drop zéro ou bas d’une chaussure de running (avec plus ou moins d’amorti) est différent puisqu’il vous incite seulement à la foulée naturelle, mais ne le fait pas pour vous.

2. Quelles sont les différences entre minimalisme et foulée naturelle ? 

La tendance minimaliste désigne ce qui se rapproche le plus du pied nu, à savoir un drop et un amorti qui soient nuls ou pratiquement nuls (donc la course pieds nus, en chaussures five fingers, ou en chaussures minimalistes). La foulée naturelle fait, quant à elle, référence à la foulée que nous avons lorsque nous courons pieds nus, donc en attaquant le sol avec l’avant-pied ou le médio-pied. On peut ainsi, par exemple, parler d’une foulée naturelle dans une chaussure au drop nul et possédant tout de même 12 mm d’amorti.

3. Est-ce que la foulée naturelle préserve des blessures ? 

Le corps ayant besoin de temps pour retrouver ses fonctions d’amortisseur naturel, la foulée naturelle doit donc être mise en place progressivement afin d’éviter les blessures telles que les tendinites. Et pour les doux·ces rêveur·euses, sachez que la foulée naturelle n’est pas un remède au surentraînement ! N’espérez donc pas être immunisé·es contre les blessures de fatigue… ! L’unique chose pouvant empêcher ces dernières de se manifester n’est autre que votre bonne volonté à être (enfin, peut-être) un peu raisonnable.

LA MT CUSHION*, L'ALLIANCE D'UN FAIBLE DROP ET D'UN AMORTI MOELLEUX POUR UN CONFORT ABSOLU !

*“MT” pour montagne, et “Cushion” pour coussin, puisqu’il s’agit d’une chaussure de trail polyvalente typée montagne dans laquelle “il faut s'imaginer courir sur un coussin tout léger, doux, et moelleux. Quelque chose qui nous protège”, confie Pavlina, membre de l’équipe conception d’Evadict.

L’histoire du drop chez Evadict

Concevoir une chaussure de trail au drop bas, ultra confortable et amortissante, c’est le défi que s’est lancé (et qu’a relevé) notre équipe de traileur·euses passionné·es. Question genèse, vous ne le savez peut-être pas (encore), mais nos précédentes chaussures possédaient quasiment toutes un drop de 10 mm. Nous avions donc une véritable réflexion à mener afin de répondre au mieux aux attentes des personnes embrassant le courant du faible drop et de la foulée naturelle. “Nous avons effectué une étude qui a, dans les grandes lignes, révélé qu’une baisse de drop de 2 mm n’était pas vraiment significative pour le corps. Passer de 10 mm à 8 mm nous a ainsi permis de réduire le drop de nos chaussures sans exposer le·a traileur·euse à d’éventuelles blessures. Le drop de 8 mm est désormais notre drop maximal”, raconte Thierry, chef de produit. Partant du principe qu’une baisse de drop de 2 mm n’était pas assez importante pour être notifiée, nous avons par la suite choisi de concevoir une chaussure qui puisse procurer au·à la sportif·ve qui la porte un ressenti différent, avec un drop plus bas qui soit non pas de 6 mm, mais de 4 mm : c’est ainsi qu’est née la MT Cushion. “Cette chaussure possède certes un faible drop de 4 mm, mais elle reste tout de même maximaliste et très protectrice avec ses 22 mm au talon et ses 18 mm à l’avant-pied. En fait, plutôt que de baisser ou de monter la hauteur du talon (pour réduire le drop), nous avons préféré remonter l’amorti, afin d’isoler davantage le pied du relief du sol. Ce n’est donc pas une chaussure sèche (avec très peu d’amorti) comme celles que peuvent porter les compétiteur·trices de trails courts ou de skyrunning”. 

Pourquoi accorder de l’importance à l’amorti ?

C’est précisément dans l’amorti que réside en partie l’intérêt de la MT Cushion. Alors qu’une transition vers une paire de chaussures minimalistes à faible drop et sans amorti (ou très peu) peut parfois occasionner son lot de blessures, une transition vers la MT Cushion se fait, justement, sans transition. Et pour cause, l’amorti vient limiter les vibrations dues à l’impact de la foulée sur le sol, et vous préserve ainsi, entre autres, des tiraillements aux tendons d’Achille, et des contraintes sur les muscles des mollets (puisque le drop bas vous aide à courir sur l’avant pied ou le médio-pied et que vous n’en avez peut-être pas l’habitude).

“La MT Cushion se destine à toutes les personnes qui sont à la recherche d’un drop bas et d’amorti. En revanche, elle ne convient peut-être pas aux traileur·euses ancré·es dans la tendance minimaliste (drop et amorti bas ou nuls). Il faut bien retenir que cette chaussure doit être abordée par son drop ET par son amorti moelleux et confortable”, souligne Thierry. L’occasion de rappeler que faible drop ne rime pas nécessairement avec minimalisme. Notre MT Cushion n’a, en l'occurrence, rien de minimaliste, elle est au contraire typée maximaliste, oversize… Tout en arborant un drop de 4 mm !

Un test grandeur nature !

Et si vous doutez de la polyvalence d’une telle chaussure combinant à la fois faible drop et amorti, Thierry a de quoi vous rassurer. “Mon collègue (Damien) et mon frère ont couru les 50 derniers kilomètres de la Diagonale des Fous® avec la MT Cushion. Ils l’ont portée à compter de la base de vie de Sans Souci (km 126), en fin de course, car elle est confortable, légère, et pourvue d’une excellente accroche”, des qualités que les pieds fatigués et engourdis par l’effort savent reconnaître et apprécier. Et au cas où cela intéresserait les curieux·ses (qu’ils·elles soient fin·es connaisseur·euses ou novices), sachez que ces trois fous ont bouclé l’épreuve main dans la main, après 33 heures et 22 minutes de balade réunionnaise !

Si le drop fait couler beaucoup d’encre, il ne faut pas oublier que parler de chaussures de course à pied uniquement à travers le prisme du drop, c’est être incomplet·ète. En effet, une chaussure de trail (sans parler ici d’une chaussure minimaliste) se doit de regrouper bien des paramètres, et ce, que son drop soit faible ou élevé. L’amorti, la flexibilité, le confort, l’accroche, la légèreté, l’adhérence, et la résistance font partie des qualités que les sportif·ves espèrent retrouver dans une chaussure à la hauteur de leurs attentes. Et cela tombe bien, notre MT Cushion et ses 280 g en taille 42 coche toutes ces cases (comme par hasard !) !   Sans prétendre vous avoir exposé un article scientifique (il existe déjà de nombreux documents de qualité disponibles sur le sujet), nous espérons vous avoir sensibilisé rien qu’un peu à la question du drop, qui trotte déjà dans de nombreuses têtes !    Et vous, êtes-vous adepte du drop bas ? Comment s’est passée votre transition ? Dites-nous, tout !
manon

Fille, sœur, et compagne de cyclistes. Traileuse* élevée en plein air, à l'école du sport. Particule ultra* en cours d'acquisition. Marathonienne et championne de France Junior 2013 du 10 000 mètres marche athlétique. Mordue d'histoires de sportif·ves.

Conseils
calendrier
Votre arrêt contraint et/ou forcé est (ENFIN) révolu et vous n’avez qu’une hâte : gambader de nouveau sur vos sentiers préférés. Mais est-ce vraiment trop demander que la réalité post-arrêt (autant dire, post-apocalyptique) soit à la hauteur de votre engouement ? (Bon, vous l’aurez compris, ce·cette traileur·euse en manque de trail, c’est vous.)
Conseils
pourquoioncourt
La question est simple. Pourtant, cela fait bien longtemps que vous ne vous l’êtes pas posée en toute franchise, en prenant le temps d’y réfléchir. C’est le moment, vous ne croyez pas ?
Conseils
LES 10 BONNES RÉSOLUTIONS DU TRAILEUR (INFO ET INTOX)
Dès le 1er des 366 jours de cette nouvelle année, vous étiez déjà plein·e de bonne volonté. Mais de la bonne volonté aux résolutions que vous ne tiendrez jamais, il n’y a qu’une foulée, pas vrai ?
Conseils
Parents et traileurs : comment font-ils?
Vous pensez qu’avoir des enfants n’est pas compatible avec le trail ? Vous êtes parent et traileur·euse et êtes curieux·euse de savoir comment cela se passe chez les autres ? On vous y emmène.
Conseils
LES GRANDES ÉTAPES QUI VOUS FONT PROGRESSER EN TRAIL
Le trail, vous y goûtez crescendo ou vous faites plutôt parti·e de la team impatiente (celle qui affole son compteur GPS à tout-va) ? Peu importe, dans les deux cas, il y a toujours une histoire de premières fois !
Conseils
Top 10 des mauvaises habitudes des traileurs
10 ans de pratique et vous êtes toujours ce jeune premier ? Vous réitérez vos erreurs de débutant à l'infini ? Ceci va vous intéresser, juste pour vous rassurer. Ou pas !
Conseils
QUAND CHANGER SES CHAUSSURES DE TRAIL ?
Dans cet article on vous explique comment vérifier l'état de vos chaussures de Trail running pour savoir quand les changer. On vous partage aussi quelques conseils pour allonger leur durée de vie.

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à écrire un commentaire

Rédiger un commentaire
HAUT DE PAGE