booster sa motivation

Boostez votre motivation !

 

Pas toujours simple de pratiquer la course à pied de manière régulière ! Manque de temps, soucis, fatigue : lorsque la motivation s’émousse, il faut s’en remettre à quelques trucs simples. En voici cinq…

 

Oublier le chrono (ou le plan d’entrainement)

Lorsque le corps et la tête réclament un arrêt prolongé aux stands, il est généralement préférable de faire des concessions. Première décision à prendre : réduire le volume des séances d’entraînement. Courir moins longtemps et courir moins vite. Mais courir ! En se fiant à ses sensations plus qu’au chrono.

Important lors des périodes de lassitude de rester fidèle au carnet d’entraînement. Ecrire quelques phrases chaque soir permet souvent de mieux comprendre les raisons de la perte de motivation et d’organiser la réplique. Validez alors le programme de la séance sportive du lendemain. Et écrivez-le !

 

Partir à l’aventure 

Rien n’est pire pour le mental que de répéter sans cesse les mêmes types d’entraînements sur des parcours toujours identiques. L’un des avantages de la course à pied est d’offrir une totale liberté de mouvement. Profitez-en ! Et partez donc à l’aventure en visitant des terrains de jeux sans cesse différents.

Chemins, petites routes et jusqu’au cœur des agglomérations (en faisant preuve de prudence et en respectant le code du piéton) : il faut laisser parler son imagination et faire travailler son sens de l’orientation. L’objectif est de s’imprégner de sensations toujours nouvelles et d’utiliser la course à pied comme un vrai moyen de locomotion : pour aller faire ses courses, visiter des amis ou même aller au boulot.

 

Rester groupés !

La course à pied est un sport individuel qu’il convient de pratiquer aussi régulièrement que possible entre amis ou connaissances de niveaux similaires. Surtout lorsqu’un manque certain de motivation incite à rester sous la couette ou à préférer les plaisirs de l’apéro à ceux d’une séance d’entraînement de fin de journée…

Il est donc conseillé de fixer des rendez-vous précis à des copains d’effort pour éviter l’excuse de dernière minute. L’énergie d’un groupe suffit généralement à redonner forces et moral. Et rien n’empêcher de parler sérieusement, y compris pour demander conseil sur le meilleur moyen de traverser une mauvaise passe, ou de plaisanter en courant. Le principal reste de bouger, de refuser la tentation du surplace, de booster la motivation défaillante. 

 

Se faire de petits cadeaux

A l’école de la régularité, il faut parfois se décerner de mauvaises notes. Mais aussi de bons points. Mauvaises conditions météo, jambes de plomb, contrariétés familiales ou professionnelles : les raisons de ne pas courir s’empilent parfois. Rester debout et en mouvement relève alors du (petit) exploit qu’il convient de féliciter. 

A chacun ses plaisirs. Petits ou grands. Il peut s’agir d’un café crème en terrasse ou d’un sauna dans un spa confortable ; il peut s’agir d’un dessert un peu régressif ou d’une soirée de salsa entre copains. Courir ne doit jamais devenir la punition qui éloigne des moments joyeux et désirés de l’existence. Tout le contraire même ! En se faisant régulièrement de petits cadeaux, on se donne de nouvelles raisons de s’entraîner. Pour mieux profiter du temps qui passe…

 

Oser un objectif ambitieux

Interdit d’interdire ! Ou, plus exactement, de limiter sa pratique de la course à pied à des territoires cadenassés. Ne soyez pas modeste. Osez l’ambition. Vous pensiez vous inscrire à un 10km ? Osez le semi. Vous ne vous sentiez pas capable d’affronter les 42,195km ? Osez le marathon. Et si vous craigniez l’aventure sur les chemins, osez le passage au trail ou au courir en nature… La validation d’un objectif ambitieux pousse à aller de l’avant et àfaire preuve d’une plus grande régularité. Particulièrement si vous mettez vos proches dans la confidence de votre projet. Apprenez à vivre avec la perspective d’un effort qui vous dépasse un peu. Faites preuve de méthode dans votre entraînement. Un allier de poids est à vos côtés : la motivation !

 

HAUT DE PAGE