RUNNING : BLESSURES ET CHAUSSURES, pour nous, ça ne doit pas rimer !

La course à pied est un sport magnifique, addictif, vieux comme le monde et accessible à tous. Mais si courir est inné, la pratique que nous en faisons, parfois, peut amener notre corps au-delà de ses limites.  Mais je préfère laisser le coach sportif Jérôme Sordello*, conseiller running DECATHLON et auteur de plusieurs « bibles du coureur », expliquer cela mieux que moi.
Jerome_Sordello_coach_running

Coach sportif - auteur de «la bible du running» et «Running-les secrets de l’entraînement kenyan» aux Editions Amphora.

Conseiller running Decathlon Antibes. (2h43 sur marathon)

1/ En Running, la meilleure prévention des blessures, c’est la progressivité !

« Près de la moitié des runners se blessent chaque année avec pour conséquence une limitation ou un arrêt de la course dans un cas sur deux. Pour prévenir ces blessures, il faut d’abord se tourner vers les causes qui peuvent être multiples et très variées : volume d'entraînement, raideur des ischios-jambiers, fatigue, chaussures, type de surface, dénivelé ou encore passé traumatique du coureur. En fait, plus que chacun de ces facteurs, la survenue d’une blessure est souvent liée à un changement trop important ou trop rapide, c’est-à-dire sans progressivité, de plusieurs de ces facteurs. »

Même si Jérôme confirme que la chaussure est rarement la cause unique de blessure, chez Decathlon, nous prenons très au sérieux l’impact de nos chaussures sur la santé du coureur.

2/ Au niveau des chaussures de running, qu’est ce que Decathlon peut faire ?

Kiprun_SportsLab_Decathlon

Chez Decathlon, notre responsabilité de concepteur, est donc d’étudier comment nos chaussures KALENJI (pour le jogging), KIPRUN (pour la course sur route) ou EVADICT (pour le trail) peuvent contribuer à réduire le risque de blessure.

Et pour cela, on sollicite muscles et cerveaux !

C’est le rôle de Decathlon SportsLab, notre centre de recherche sur le corps du sportif, au  sein duquel une cinquantaine d’experts (docteurs en biomécanique, en physiologie, en thermophysiologie…) étudient l’effet du produit sur le corps humain et participe depuis 20 ans au développement des produits qui contribuent au bien-être et à la sécurité des sportifs. 

Je vous propose de découvrir certains résultats intéressants issus de ces travaux, et plus précisément ceux concernant les curieux coureurs que nous sommes.

Ils ont été menés par le Decathlon Sportslab en partenariat avec le laboratoire de recherche du Luxembourg Institute of Health (LIH).

3/ Un amorti mou semble préférable pour les coureurs légers en termes de risque de blessures. Le poids du corps n’a aucun effet sur l’incidence des blessures.

(Etude du LIH sur 848 coureurs - 2018)

848 coureurs de tous niveaux répartis aléatoirement de façon à constituer 2 groupes ont été suivis pendant 6 mois. Un groupe a couru avec un modèle de chaussure dont l’amorti était très mou, l’autre groupe a couru avec un modèle de chaussure dont l’amorti était très raide. Les deux prototypes de chaussures étaient strictement identiques, excepté en termes d’amorti (35% de différence). Durant les 6 mois de suivi, les coureurs nous rapportaient les données concernant leurs entraînements et leurs blessures, ce qui nous a permis d’étudier l’effet de l’amorti et du poids de corps sur le risque de blessure. 

Les analyses statistiques montrent que sur l’ensemble des coureurs observés:

le risque de blessure était inférieur pour le groupe utilisant la chaussure avec l’amorti très mou. 

le poids de corps n’a aucun effet sur l’incidence des blessures en course à pied. 

Les analyses statistiques montrent également que :

chez les coureurs légers (masse inférieure à 78 kg chez les hommes, 63 kg chez les femmes), la chaussure avec l’amorti très mou semble préférable en termes de limitation du risque de blessure. 

chez les coureurs lourds (masse supérieure à 78 kg chez les hommes, 63 kg chez les femmes), il n’y pas d’effet de l’amorti de la chaussure sur le risque de blessure. 

Fort de ces enseignements, nos ingénieurs chaussure développent les nouveaux modèles en privilégiant un amorti plus moelleux. 

5/ Le concept K-only, pour une chaussure qui convient à tous les types de foulées

(Etude du LIH sur 372 coureurs - 2012)

372 coureurs réguliers répartis aléatoirement en 2 groupes ont été suivis pendant 6 mois. Le type de pieds (pronateur, neutre, supinateur) des coureurs a été évalué avant le début du suivi. Un groupe a couru avec un modèle de chaussure sans concept de contrôle de pronation, l’autre groupe a couru avec un modèle de chaussure équipé du concept de contrôle de pronation. Les deux prototypes de chaussures étaient strictement identiques, excepté la présence ou non du concept de contrôle de pronation K-only. Durant les 6 mois de suivi, les coureurs nous rapportaient les données concernant leurs entraînements et leurs blessures, ce qui nous a permis d'étudier l'effet du concept anti-pronation K-only sur le risque de blessure. 

Les analyses statistiques montrent que le système de contrôle de la pronation K-only permet de limiter l’incidence des blessures chez les coureurs qui ont des pieds pronateurs. Le système K-onlly n’influence pas le risque de blessure chez les coureurs qui ont des pieds neutres ou supinateurs;  Il convient donc bien à toute les foulées.

patrice_decathlon
Patrice

Ingénieur produit - Trailer (6 Templiers) et coureur sur route (1h17 sur semi-marathon) 30 ans de course à pied et une passion sans faille (à part au niveau du ménisque mais je me soigne).

conception chaussures kalenji decathlon

Envie d'en savoir plus sur la conception de nos chaussures ? 

Ça tombe bien, nous avons regroupé toutes les informations possibles sur la conception de nos chaussures chez Decathlon juste ici ! Saviez-vous que toutes nos chaussures de running sont créées par nos équipes de conception en France ? Un savoir-faire Decathlon, maîtrisé par des hommes et des femmes passionnés. 

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à écrire un commentaire

Rédiger un commentaire
HAUT DE PAGE