FR
FR

COMMENT BIEN RESPIRER EN COURANT ?

C’est la première chose que l’on fait à la naissance : respirer. S’il s’agit d’un réflexe au repos, cette fonction vitale mérite une attention particulière lors d’un effort physique comme le running. La bonne nouvelle : apprendre à respirer correctement en joggant n’a rien de sorcier. Suivez le guide !

Comment mieux respirer en courant

PRATIQUER LA RESPIRATION VENTRALE

Pour se sentir bien durant une session de running, il est important de se familiariser avec la respiration ventrale. Le principe ? Inspirer en gonflant le ventre en premier puis la partie basse du thorax et enfin sa partie haute. L’expiration se fait en rentrant le ventre. Si vous respirez ainsi, vous ferez entrer un plus grand volume d’air dans votre organisme qui sera mieux oxygéné. Au passage, ce type de respiration vous aidera à relâcher les tensions localisées sur le haut de votre corps.

Pour bien respirer, expirez plus longuement que vous n’inspirez. Cela va optimiser la vidange de vos poumons et permettre à l’air de mieux s’y renouveler lors de l’inspiration suivante. Essayez par exemple d’inspirer sur 2 foulées et d’expirer sur 3 à 5 foulées. Ajustez selon votre allure et votre ressenti.

UTILISER SA RESPIRATION POUR ANALYSER SON EFFORT EN COURSE À PIED

Vous joggez en duo ? Observez l’impact d’une augmentation de l’intensité de votre run sur votre capacité à parler. Cette dernière est révélatrice de l’effort que vous êtes en train de fournir et de la façon dont vous gérez votre souffle.

Il y a 4 zones d’effort :
- la zone de bavardage. Vous parvenez à discuter presque normalement avec votre partenaire de course.
- la zone de questions/réponses. Vous avez plus de mal à parler, vos échanges sont brefs.
- la zone silencieuse. Ultra concentré sur votre accélération, vous ne dites plus un mot.
- la zone de respiration rapide. L’effort devient très intense. Votre respiration atteint son rythme et son amplitude maximum. Le fractionné vous amène généralement dans cette zone.

S’ENTRAÎNER EN SE FIANT À SA RESPIRATION

Votre souffle étant un bon indicateur de votre allure, il peut vous aider à la contrôler. Un run efficace repose sur une endurance importante. Votre objectif est donc de passer 80 à 85% de votre entraînement dans la zone de bavardage, qui vous offre une pleine aisance respiratoire, et de consacrer le reste de votre temps de course aux 3 zones d’intensité plus élevées. 

TRAVAILLER SON SOUFFLE GRÂCE AU JOGGING

Rien de tel que la course à pied pour améliorer sa respiration. En  joggant longtemps, vous boosterez la capacité de vos muscles à capter l’oxygène présent dans votre sang et entretiendrez la souplesse de vos vaisseaux sanguins.

Quant aux séances de fractionné au cours desquelles le rythme de votre respiration sera changeant, elles obligeront votre coeur à accélérer et décélérer rapidement ce qui l’entraînera à mieux pomper et à envoyer davantage de sang et d’oxygène vers vos muscles en activité.

Résultat : au fil des sessions, vous augmenterez la quantité maximale d’oxygène que votre organisme peut extraire de l’air pendant un effort physique et vous réussirez à courir plus vite tout en restant dans la zone de bavardage !

COMMENT BIEN RESPIRER EN COURANT ?

Bien respirer en courant n’a plus de secret pour vous. Il ne vous reste qu’à enfiler vos baskets et à passer à la pratique ! 

CES ARTICLES POURRAIENT VOUS INTÉRESSER