Sophie Duarte : "Le cross, c'est l'école de la vie"

Soyez le premier à commenter

 

Comment t'es-tu préparée aux championnats d'Europe de Cross cette année ?

Je suis parti sur les mêmes bases que l'année dernière. La planification est similaire, avec le même type d'enchaînement des compétitions et un stage en altitude à Font-Romeu au préalable. Après ce stage, je suis resté m'entraîner dans mon club au CA Balma.

Certaines séances ont néanmoins été modifiées. Nous nous sommes appuyés sur les expériences que nous avons vécu l'année dernière. J'ai intensifié les sorties longues de fin de semaine, notamment avec la perspective du marathon au printemps.

 

Le fait que tu sois championne en titre change-t-il ta manière d'aborder la compétition ?

Oui. Etant donnée que j'ai réussi à gagner un titre continental, je sais que j'ai le potentiel pour prétendre à nouveau à l'or. L'année dernière j'avais eu de très mauvaises sensations au départ, avec un gros regain d'énergie par la suite. J'ai beaucoup appris de cette course où j'ai su être patiente.

Néanmoins, chaque course est une course différente. Les championnats d'Europe 2013 c'est du passé : il faut toujours se projeter sur les courses suivantes.

Pour moi, réaliser un doublé (seule Fionnuala Britton a réalisé cette performance jusqu'à présent) représente évidemment une motivation supplémentaire.

 

 

 

Quelles sont tes principales adversaires ?

Chaque année, une anglaise et une portugaise sont sur le podium. Il y a des concurrentes redoutables dans les deux sélections, comme par exemple l'anglaise Gemma Steel ou la portugaise Dulce Felix. Bien sûr il y aura aussi la double médaillée Fionnuala Britton et la suédoise Meraf Bahta championne d'Europe du 5000m cet été.

En dehors de ces quelques grands noms, tout le monde a sa chance sur la ligne de départ.

 

Comment se sont passés tes derniers cross (Allonnes, l'Acier) ?

Sur ces deux cross, j'ai couru très différemment, et dans les deux cas cela a été très satisfaisant. A Allonnes, je pars rapidement et reste en résistance tout le long, alors qu'à l'acier je cours plus progressivement et je termine première européenne.

En compétition comme à l'entraînement, j'ai de bonnes sensations.

 

Que représenterait un second titre pour toi ?

Avant tout, ce serait une récompense pour tout le travail que je fais pour réussir. Ce serait aussi une récompense pour mon coach, David Heath, qui m'entraîne depuis fin 2012, comme pour tous ceux qui m'accompagnent.

Le doublé serait historique, car seule Fionnuala Britton l'a réalisé jusque là, mais ce n'est pas une fin en soi. Ce serait dans tous les cas un formidable boost pour réaliser la suite de mes rêves de coureuse.

 

Quel est ton secret pour réussir un cross ?

J'adore courir sur les chemins, chercher mes appuis, parcourir des terrains vallonnés. On dit souvent que le cross est l'école de l'athlétisme, mais c'est aussi un peu l'école de la vie !

 

En savoir plus sur l'athlète Kalenji Sophie Duarte : https://www.kalenji-running.com/fr-FR/sophie-duarte

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Validez votre note
Rédiger un avis
HAUT DE PAGE