Courir de nuit : conjuguer plaisir et sécurité

(2) 16
Déposer un commentaire


De plus en plus massivement pratiqué, le running nocturne a ses codes qu’il convient de maîtriser pour éviter toute prise de risque inutile. Courir la nuit : quelques pistes à suivre…

 

Précieuse lumière

Voir et être vu. La lampe Run Light (exclusivité Kalenji) ou une lampe frontale est la compagne obligée du coureur évoluant de nuit. Premier impératif : ne jamais sortir sans – même pour une séance d’entraînement sur terrain balisé et modérément éclairé – et emporter systématiquement avec soi un jeu de piles ou une batterie de rechange. L’objectif prioritaire étant de ne jamais se trouver isolé sans lumière en pleine pampa !

 

A propos de votre système d'éclairage :

- Maîtriser parfaitement son mode de fonctionnement ainsi que la manière dont les batteries ou les piles doivent être changées. Possible que les gestes soient moins précis à l’entraînement et plus encore en compétition que confortablement installé dans son salon. Il faut donc être capable de redonner vie à sa lampe, en pleine nuit avec des doigts souvent ankylosés par le froid.

- Possible, voire souhaitable, de porter la Run Light et une frontale si l’on décide de courir en pleine nuit (ou même entre chien et loup) sur un axe routier non protégé. Le faisceau lumineux est alors double pour garantir une meilleure sécurité.

 

Sortir (bien) couvert !

Le running nocturne se pratique généralement lors des mois les plus froids de l’année. D’où l’importance particulière qui doit être apportée à l’équipement. En amont d’une séance d’entraînement (même brève), il est préférable de choisir une tenue chaude et respirante et de porter plusieurs couches de vêtements peu épais. En cas de sudation prononcée à l’effort, enlever une couche pour la nouer autour de la taille ou la ranger dans un sac.

 

Trois priorités :

- Protéger les extrémités. Gants et bonnet sont fortement conseillés — quitte à les ôter au cours d’une séance d’entraînement ou d’une compétition.

- Privilégier les vêtements fluorescents. Kalenji by Night propose une gamme compète d’articles permettant de pratiquer le running nocturne dans les meilleures conditions de confort et de sécurité.

- Emporter avec soi un téléphone portable ainsi qu’un ravitaillement minimum. Il est important de pouvoir appeler des secours et d’être autosuffisant durant quelques heures en cas de mauvaise chute ou de défaillance prononcée.

 

Prudence, technique et progressivité

Le choix du parcours d’entraînement ou de la compétition est évidemment primordial. On ne part pas à l’aventure en solo pour de longues chevauchées dès sa première sortie nocturne. On ne décrète pas davantage une participation à une épreuve chronométrée de plusieurs dizaines de kilomètres sans participer d’abord à des épreuves plus modestes.

Trois conseils :

- Respecter des paliers en débutant par des sorties rassurantes sur des parcours qui ont été empruntés de jour. On vérifiera ainsi la topographie exacte du terrain, le revêtement du sol et les possibles abris.

- S’assurer en amont de l’entraînement – en compétition, les organisateurs se chargent généralement d’informer les concurrents – des conditions météo. Il est préférable d’annuler une séance d’entraînement lorsque des précipitations significatives (pluie ou neige) sont annoncées. Eviter également de sortir sans une solide expérience si le mercure descend en-dessous de zéro degré.

- Adopter une foulée plus courte qu’à l’ordinaire afin de valider précisément les points d’impact. Le regard restera concentré sur l’environnement immédiat – sauf sur des axes bitumés de bonne qualité – sans pour autant omettre de vérifier régulièrement qu’aucun changement de terrain brutal ou inattendu ne se présente à l’horizon. Préférable, sur sols glissants ou boueux, de ralentir pour éviter les chutes plus ou moins sérieuses.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Validez votre note
Rédiger un avis
Commentaires

Merci pour ces conseils et les produits Decathlon. C'est d'ailleurs toujours un plaisir de me rendre au Décathlon d'Annemasse où j'ai toujours été très bien reçue et conseillée. En temps que femme, je cours également avec une bombe lacrymo équipée d'une lampe que je tiens A LA MAIN sur certains tronçons peu éclairés ou en bordure de forêt. On peut la trouver sur le net pour environ € 25.-. Je cours 3 à 4 fois par semaine et ni l'obscurité ni la pluie ne m'arrêteront !


avant d'acheter du materiel , equipez vous de vetements clairs et contrastés . les lampes ne sont jamais en etat de fonctionnement quand c'est necessaire . Il est tres dommageable que les manufacturier de vêtements de sport fassent encore des vestes, coupe vent, cuissards , etc... NOIRS ou bleu marine. Faut il leur rappeler qu'un sportif sous une voiture n'est plus un client.....pour eux.


Bonjour Rémi,


C'est dans ce sens que nous avons développé la gamme Kalenji By Night pour voir et être vu. Les textiles sont de couleurs fluo pour la visibilité de jour et comportent de nombreux éléments rétro-réfléchissants pour la viisbilité de nuit.

Des accessoires comme le Run Light permettent d'éclairer parfaitement son chemin.


Sportivement,


Samuel, Equipe Kalenji


Conseils judicieux . A suivre sans réserves .


le run light est intéressant mais je cours avec la ceinture pour le cardio (bien sûr Décathlon) : les attaches pression peuvent être prévus sur la prochaine version pour le capteur cardiaque ? et peut-il être actif à travers les vêtements. bon courage à tous les coureurs et merci Décathlon.


Reportage très utile et d'actualité (évidemment! automne oblige!) . Beaucoup d'entre nous ne trouvent plus le temps de courir entre le travail,les enfants,la famille...Combien d'entre nous disent : "Je pars au travail, il fait nuit, j'en rentre, il fait nuit ! ". C'est une bonne chose de développer des produits facilitant la course de nuit. Pour ma part, je l'ai déja fait dans le cadre d'entrainement spécifiques, mais je n'ai jamais pensé à le faire régulièrement. Moi qui ne cours presque plus par manque de temps, ça serait une solution idéale!


bonjour, vous dites de courir à gauche pour plus de sécurite(idem la nuit, confirmé par des coureurs réguliers) mais sur la vidéo de nuit avec la lampe 'torsale' il me semble que c'est à droite.


Bonjour Francis,


Effectivement, lorsque l'on court sur route, il faut courir à gauche pour bien voir arriver les voitures qui vont passer près de vous et pouvoir réagir si besoin.

Dans la vidéo, les coureurs ne courent en fait que sur trottoir ou dans un environnement piétonnier.


Samuel, Equipe Kalenji


Bonjour

merci pour le reportage

vos magasins sont peu fournis en vêtements réfléchissants

l'ensemble des tailles n'est pas disponibles

ces produits ne sont pas mis en avant

magasin d'Englos

salutations

belval Michel


Bonjour Michel,


Je comprends votre frustration par rapport à ces problèmes de disponibilité de nos produits.

Sachez que vous pouvez commander l'ensemble de nos produits soit sur decathlon.fr soit via votre magasin d'Englos.


Sportivement,


Samuel, Equipe Kalenji


Pages
HAUT DE PAGE